• Maman
  • Enfants

Jeux olympiques 2012 : interview d'une maman très engagée !

Article par , le 30/07/2012 à 12h00 , modifié le 31/07/2012 à 09h08 0 commentaire

Sylvie Péché est la maman de Matthieu Péché, sélectionné aux Jeux olympiques de Londres en canoë biplace (son coéquipier est Gauthier Klauss). A J-1 de l'ouverture du village olympique, elle accepte de répondre à nos questions.

(Matthieu Péché est le coéquipier arrière dans le bateau)

 

Plurielles.fr : comment vous sentez-vous à la veille des Jeux olympiques de Londres ?
Sylvie Péché : je suis tendue ! Je commence à sentir la pression qui monte tout doucement.

Quel est le sentiment qui prend le dessus dans une telle situation ?
Je suis inquiète, car Matthieu et Gauthier vont aux Jeux olympiques pour faire quelque chose. On espère une médaille, donc en cas de défaite j'appréhende la déception que Matthieu risque de ressentir. Rien n'est gagné d'avance, donc il faut être près à tout.

C'est sa première olympiade, allez-vous faire le déplacement pour l'encourager ?
Oui évidemment, on va à Londres avec son père et sa sœur. Dès qu'on a su qu'ils étaient sélectionnés, on s'est dépêchés de trouver des billets pour la course et un hébergement. On s'est débrouillés pour trouver un hôtel près du bassin de canoë-kayak qui est 30 km au dessus de Londres.

Quel rôle avez-vous joué dans la carrière sportive de votre enfant ?
Je l'ai toujours soutenu dans ses déplacements, j'étais derrière lui, mais il est toujours resté libre de ses choix. Parfois quand il était plus jeune, il fallait un peu l'encourager les jours de pluie et de vent pour aller sur l'eau. Mais il l'a toujours fait avec beaucoup de motivation finalement, je n'avais pas grand-chose à faire à ce niveau.

Que ressent-on quand on est la maman d'un champion ?
De la fierté ! Je suis forcément toujours un peu fière quand on me parle de Matthieu. Le problème c'est que le canoë-kayak est un sport trop peu médiatisé, donc parfois je suis un peu déçue du peu d'efforts qui est fait par la ville d'Epinal par exemple. Son club d'origine est dans cette ville et ils ont quand même des sportifs qui vont aux Jeux, on s'attend à plus...

Comment votre fils s'est-il tourné vers le canoë ?
La ville d'Epinal propose des découvertes d'activités. Un jour, son coéquipier et ami, Gauthier Klauss, est allé tester le canoë-kayak. En revenant il a tout de suite appelé Matthieu pour lui demander de l'accompagner le mercredi suivant, ils avaient 8 ans. C'était le début de cette belle histoire...

Aviez-vous peur de ce choix, car c'est un sport dangereux tout de même ?
Non je n'ai pas eu peur, car Matthieu a toujours aimé l'eau. Ce choix ne m'a pas surprise, il a su bien nagé très tôt, le canoë est venu naturellement finalement.

A quel moment de la carrière de votre enfant vous-êtes vous sentie la plus utile ?
On se sent toujours plus utile en cas de défaite, car il faut savoir être présente dans ces moments là aussi. Matthieu n'est pas quelqu'un qui se confie beaucoup, donc c'est parfois difficile de savoir ce qu'il pense. Il ne va jamais dire qu'il a besoin de moi, il faut tout deviner, ça complique la tâche. Mais son coéquipier s'est blessé en 2009, il a donc fait une saison quasiment sans canoë. Toute sa famille était là pour le soutenir.

Comment vous organisez-vous entre votre vie personnelle, professionnelle et la carrière de votre fils ?
Je consacre en effet beaucoup de temps à la carrière de mon fils, mes vacances sont réservées aux compétitions. Les autres vacances on ne connait pas trop avec Richard, son papa, qui est également très impliqué.

Quel sera votre rôle ces prochains jours pendant la compétition ?
On risque de croiser Matthieu à Londres au bord du bassin pendant la compétition, quand les autres catégories de bateaux concourent. Mais nous venons en tant que spectateur, on le laisse dans sa bulle, pas question de forcer le contact. On imagine que notre simple présence lui suffit à savoir qu'on est là pour lui...

Matthieu Péché est sélectionné avec son coéquipier Gauthier Klauss pour les Jeux olympiques de Londres. C'est leur première olympiade, qu'ils préparent depuis près de 3 ans à Pau où ils ont l'occasion de s'entrainer auprès de Tony Estanguet, double champion olympique. Ils courent en canoë biplace slalom. Leurs épreuves londonienne auront lieu le 30 juillet et le 2 aout.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience