Enfant et musique : "J'étais plus calme et moins stressé pour faire mes devoirs"

Article par Caroline Rabourdin , le 24/02/2010 à 16h51 , modifié le 24/02/2010 à 17h07 0 commentaire

Enfant, Benjamin a suivi la méthode Tomatis fondée sur l'écoute de la musique pour mettre un terme à sa dyslexie. A 24 ans, il nous dit si les progrès ont été au rendez-vous.

"J'ai suivi la méthode Tomatis quand j'étais enfant. Il s'agissait de stages de deux semaines entrecoupés de pauses de plusieurs jours, que j'effectuais pendant les vacances scolaires. Ca a duré un an. J'avais un casque sur mes oreilles et j'écoutais du Mozart et des chants grégoriens. J'étais dans une pièce avec d'autres enfants. Pendant que j'écoutais la musique, je jouais à des jeux de société, je dessinais... Et puis j'écoutais aussi des sons comme dans le ventre de la mère. De temps en temps, j'allais dans une cabine et je lisais un livre devant un micro pour voir mes progrès en lecture.

Je faisais des stages de quelques semaines, j'arrêtais, je faisais des contrôles pour constater ou non des éventuelles avancées, je refaisais un stage, etc. 
Les séances duraient en moyenne deux heures. Ma mère, qui était dans une autre pièce que moi, écoutait elle aussi du Mozart et des chants grégoriens à l'aide d'un casque. Cela faisait partie du procédé.

J'ai suivi la méthode Tomatis à cause de ma dyslexie. Mes parents m'ont dit que j'avais fait des progrès mais dès que j'arrêtais, c'était fini. J'étais plus calme, plus détendu, moins stressé pour faire mes devoirs. Pour lire aussi, ça allait mieux. Il y avait des améliorations.
En ce qui me concerne, je n'ai pas vu de progrès particuliers. Mais il faut dire qu'à cette époque, je me moquais pas mal de l'école. Je suis allé au centre Tomatis parce que mes parents voulaient m'y emmener. J'aurais fait ça avec plus de motivation, je pense que ça aurait été plus concluant."
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience