• Maman
  • Enfants

Education : bonnet d'âne pour la France, causes et solutions ?

Article par , le 02/01/2012 à 11h38 , modifié le 05/01/2012 à 11h51 0 commentaire

Quel parent n'a pas tiré à boulets rouges sur l'éducation nationale en France. Le système a aujourd'hui des lacunes parfois majeures. Quatre écoliers sur dix quittent le CM2 avec des insuffisances.

Près de 200 000 d'entre eux ont des acquis fragiles et insuffisants en lecture, en écriture et en calcul. Plus de 100 000 élèves n'ont pas la maîtrise des compétences de base dans ces domaines. Dans notre pays, l'école primaire étant le maillon faible du système éducatif pénalise donc les enfants pour le futur. Car ces acquis fragiles voire inexistants seront un handicap au collège voire au lycée.

Les causes sont multiples

Sont mis en cause les programmes de l'école primaire qui ne seraient pas assez recentrés sur l'orthographe, la grammaire, les conjugaisons et le calcul mental, l'absentéisme des professeurs, le manque de moyen mis à leur disposition, les journées d'école trop longues, les vacances d'été.... En effet les écoliers français ont les journées les plus chargées. En France, l'année scolaire est trop lourde et peu adaptée aux rythmes des enfants trop souvent stressés et fatigués. En France, les enfants âgés de 7 à 8 ans, n'ont que 140 jours de classe et 913 heures de cours. En Finlande, pays le mieux classé dans les comparaisons internationales, les élèves ont presque 50 jours de plus par an mais 300 heures de cours en moins. Le passage à la semaine des quatre jours n'est pas l'idéal pour les bambins.

Que faire ? Existe-t-il des solutions ?

Une semaine de quatre jours et demi serait en effet préférable. L'éducation nationale envisage aussi de raccourcir les vacances d'été. Ce dernier point fait d'ailleurs grincer beaucoup de dents. Il y a aussi la solution des cours le matin et du sport l'après-midi.  Est-ce la solution miracle ? Les élèves qui expérimentent le rythme "cours le matin, sport l'après-midi" se sentent "plutôt mieux dans leur corps depuis la rentrée scolaire". Selon les parents, la santé de leur enfant est restée stable (72 %) ou s'est améliorée (20 %). Ils s'hydratent mieux, ont meilleur appétit, dorment mieux et se couchent avant 22h00. Ils sont aussi plus sociables et parlent davantage de leurs activités avec leurs familles.

Mais il y a un petit hic !  Cette expérimentation n'a pas encore eu une influence sur leurs résultats scolaires : ponctualité, absences, sanctions... selon une étude du ministère de l'Education nationale. Cette expérimentation n'influe pas sur les capacités déclarés de concentration, d'attention, de mémorisation et d'efforts. 50 % des parents, dont les enfants participent à cette expérimentation, affirment que les "résultats scolaires de leur enfant sont identiques à ceux de l'an passé tandis que 32 % pensent qu'ils sont meilleurs et 17 % qu'ils sont moins bons". Mais il faut que cette expérimentation soit un tout : elle doit contribuer à la réussite des élèves ainsi qu'à l'amélioration de leur bien-être et leur santé" rappelle l'étude de la Direction des statistiques du ministère de l'Education nationale (Depp) révélée mardi par Le Figaro.

L'expérimentation, qui a vu le jour en septembre 2010, concernait plus de 7.000 élèves, dans 120 collèges et lycées volontaires, qui avaient bénéficié en moyenne chaque semaine de 2h30 de pratique sportive et de 2h00 de pratique culturelle supplémentaire l'après-midi. Elle a été étendue et concerne pendant l'année scolaire 2011-2012 près de 15.000 élèves dans plus de 210 établissements.
 
De son côté, le gouvernement a déjà appliqué plusieurs réformes : réforme des programmes de l'école primaire, mise en place de nouveaux dispositifs pour assurer la réussite des élèves (accompagnement éducatif après la classe, stages de remise à niveau pour les CM1 et CM2, stages d'anglais gratuits pour les lycéens, une meilleure formation pour les enseignants et la réforme du lycée.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience