• Maman
  • Enfants

Bébé prématuré: quels risques?

Article par Murielle GIORDAN , le 15/06/2009 à 20h44 , modifié le 15/06/2009 à 20h53 0 commentaire

En France, on compte en moyenne 55 000 bébés qui naissent prématurément. Une étape difficile à vivre pour la mère qui doit surveiller l'état de santé du nouveau-né, plus fragile que les autres.

Environ 7% des naissances dans l'Hexagone sont prématurées. Ces nouveau-nés viennent au monde avant que leur corps ne soit totalement achevé, ce qui présente des risques pour leur santé. On parle de naissance prématurée lorsque celle-ci a lieu avant la 37ème semaine de grossesse, c'est-à-dire en tout début de 9ème mois. Mais la prématurité peut être encore plus importante si bébé naît avant la fin du 6ème mois, voire la fin du 5ème mois. Dans ce cas, on parle de grande prématurité.

Les causes de la prématurité

Mais pourquoi bébé pointe-t-il le bout de son nez avant l'heure ? Les causes sont nombreuses. Elles peuvent être liées à l'âge de la mère (âgée de plus de 35 ans ou de moins de 18 ans), à des problèmes obstétriques tels que col ouvert, rupture de la poche des eaux, à du diabète, un milieu social difficile, un stress important au quotidien... Mais il n'est pas toujours possible de prévenir une naissance prématurée puisque les risques ne sont pas tous connus. Le mieux reste de se ménager pendant la grossesse et d'éviter les situations de stress. Un excellent suivi médical peut parfois réduire les risques d'un accouchement prématuré.

Quels risques pour bébé ?

Si le corps de bébé n'est pas encore entièrement formé, cela signifie qu'il en est de même pour son système respiratoire. La respiration du nouveau né est alors irrégulière et doit être surveillée de près. Cette détresse respiratoire est aussi appelée maladie des membranes hyalines. Ses poumons, son foie, son appareil digestif sont également immatures. Conséquences ? Les infections se développent plus facilement car le système immunitaire d'un bébé prématuré n'a pas eu encore le temps de se solidifier. C'est pour cette raison que le nouveau-né devra rester isolé, dans une couveuse, pour éviter d'éventuelles infections au contact de l'air ou de microbes ambiants et rester dans une température convenant à son corps. Bébé pourra sortir de l'incubateur une fois qu'il aura atteint les deux kilos et qu'il aura des réserves en énergie et en oligo-éléments suffisantes.

Une période difficile à vivre pour la mère

La naissance d'un prématuré est généralement mal vécue par la mère. « J'ai culpabilisé de ne pas avoir gardé mon bébé plus longtemps dans mon ventre », raconte Vanessa, 30 ans, maman de Mateo, né à 35 semaines de grossesse. J'ai pensé que je n'avais pas fait tout ce qu'il fallait pour arriver à terme, même si les médecins me disaient au contraire que je n'y étais pour rien et que ces naissances arrivaient aussi par surprise. La première semaine après la naissance, je me suis sentie complètement impuissante, comme si je ne pouvais rien faire réellement pour lui apporter de l'énergie » poursuit-elle. « Finalement, tout s'est bien passé! Une fois à la maison, ma relation avec bébé a été fusionnelle. Je voulais rattraper ce que je n'avais pas pu faire à la naissance, à savoir le cagoler ! » Malgré le bonheur que procure une première naissance, rentrer à la maison avec un bébé prématuré n'est pas toujours évident. La mère a tendance à s'inquiéter. L'environnement du domicile lui semble hostile pour bébé, moins sécurisé et aseptisé qu'à l'hôpital. Evacuez ce stress, occupez vous de bébé normalement et ne gâchez pas son arrivée par un excès de stress. Si votre enfant est rentré à la maison, c'est que les médecins ont jugé qu'il était capable d'affronter cette sortie.

Ses premiers pas à la maison

L'entrée dans le nouveau petit nid de bébé doit se faire progressivement, en douceur. Côté biberon, préférez le lait maternel, le mieux adapté pour les bébés prématurés. Il a l'avantage de contenir les anticorps de la maman qui lui permettront de mieux se défendre. Attention aux microbes qui pourraient causer une infection. Pensez à vous laver les mains avant de toucher votre bout de chou et éloignez le des personnes porteuses de microbes. Veillez à un bon suivi médical (visite chez le pédiatre tous les mois pendant au moins 6 mois) et surveillez toute manifestation de symptômes ressemblant à ceux d'une bronchiolite ou d'une gastro-entérite. Et surtout, halte aux idées reçues ! Ce n'est pas parce que bébé est né en avance qu'il sera en retard sur tout ! Il n y a aucune raison que votre enfant ne soit pas comme les autres.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience