• Maman
  • Enfants

Accouchement : tout savoir sur la péridurale

Article par , le 19/01/2012 à 11h03 , modifié le 19/01/2012 à 11h14 0 commentaire

Votre accouchement est programmé pour la fin du mois. Comme toutes les futures mères de famille, vous avez entendu parler de la péridurale qui est encore un acte très controversé.

Allez-vous demander la péridurale ? Vous êtes la seule à pouvoir répondre à cette question. Il y a les mamans qui sont pour car la douleur de l'enfantement est inacceptable et la péridurale est un droit. Et il y a celles qui sont contre car elles préfèrent vivre pleinement leur accouchement. De nos jours, la péridurale est devenue pratiquement incontournable. Dans quel camp serez-vous ? Pour vous aider à prendre une décision, voici le mode d'emploi de la péridurale.

Qu'est-ce que la péridurale ?

Réalisée par un médecin-anesthésiste-réanimateur, elle est destinée à atténuer les douleurs de l'accouchement, qui proviennent de la contraction de l'utérus et de la progression de l'enfant. Le but est d'anesthésier le petit bassin, à savoir l'endroit où se situent les douleurs des contractions.

Toutes les femmes peuvent-elles bénéficier d'une péridurale ?

Oui sauf si elles présentent une contre-indication (obésité, fièvre, infection au niveau du dos, troubles de la coagulation du sang, certaines maladies neurologiques...). Dans ces circonstances, l'anesthésiste ne la pratiquera pas. Les malformations de la colonne, des hernies discales ne constituent pas forcément des contre-indications mais elles doivent être signalées.

L'accouchement est trop douloureux. La future mère de famille décide finalement d'y avoir recours. Peut-elle changer d'avis au dernier moment et réclamer la péridurale ?

C'est tout à fait possible. Il est possible de la mettre en place jusqu'à ce que le col soit dilaté à 6 ou 7 centimètres. Après, il est trop tard. La péridurale nécessite aussi la présence et la disponibilité d'un anesthésiste à l'instant T. Pour en bénéficier, il faut se renseigner auprès de la maternité.

Quand est-elle pratiquée ?

Pour envisager la pose de la péridurale, il faut que les contractions utérines deviennent régulières et efficaces. C'est-à-dire ? Il faut qu'elles fassent avancer la dilatation du col. En général, le médecin-anesthésiste-réanimateur pose la péridurale aux alentours de trois centimètres de dilatation.

Comment se passe une péridurale ?

Quelques semaines avant l'accouchement, la future maman doit obligatoirement rencontrer un anesthésiste. Ce dernier donnera des précisions sur la péridurale, remplira votre dossier, examinera votre dos puis prescrira un bilan sanguin à la femme enceinte. Le jour J, un médecin anesthésiste s'empresse auprès de la maman pour examiner et vérifier qu'il n'y a aucune contre-indication. Il lui demande de s'asseoir ou de s'allonger sur le côté afin de pratiquer la péridurale dans le bas du dos entre les deux vertèbres lombaires. Il est important que la patiente reste immobile pendant que le médecin guide l'aiguille. Puis l'anesthésiste introduit ensuite un cathéter dans l'espace péridural. Cette manipulation dure généralement quelques minutes. Le médecin y injecte un produit anesthésique et surveille la tension puis le rythme cardiaque de la maman. Selon la durée de l'accouchement, il faudra ou pas renouveler les injections indolores.

La péridurale, est-elle douloureuse ?

Oui quand l'aiguille pénètre dans le bas du dos. La future maman peut aussi ressentir de l'électricité dans les jambes et le dos. Il est normal aussi d'avoir une impression de jambes lourdes et une faiblesse des jambes.

Est-ce que la douleur liée aux contractions utérines disparaît immédiatement ?

Le but de cet acte médical est de supprimer ou diminuer les douleurs dues à l'accouchement. Malheureusement, l'effet anesthésique n'a lieu qu'une quinzaine de minutes après l'injection. En agissant, la péridurale peut faciliter le déroulement de l'accouchement car la suppression ou la diminution des douleurs offre un confort moral et une diminution de la fatigue.

Existe-t-il des effets secondaires ?

Oui mais ils sont généralement bénins. La maman peut avoir des nausées ou ressentir des douleurs dans le dos, une sensation de jambes lourdes, des démangeaisons passagères, une diminution de la pression artérielle. La sensation du besoin d'uriner peut aussi disparaître. Plus rarement, certaines femmes présentent une forte hypotension ou ressentent des maux de tête passagers et des vertiges pendant plusieurs jours. Quant aux accidents graves, ils sont très rares (choc allergique, accident cardiaque...).

La péridurale a-t-elle des conséquences pour l'enfant ?

Si toutes les conditions sont requises, elle ne change rien mais il faut quand même savoir que bébé va recevoir une petite dose de produit anesthésique. Elle peut même permettre de raccourcir la durée du travail grâce à la détente que la péridurale apporte ou parce qu'elle permet d'utiliser des produits qui accentuent les contractions utérines. Selon certaines études, la péridurale rendrait plus fréquents l'utilisation d'instruments (forceps, ventouses) lors des accouchements. Ne ressentant aucune douleur, la mère de famille a des difficultés à pousser pendant l'expulsion.

Césarienne et péridurale font-elles bon ménage ?

Oui ! Il s'agit du même principe que pour un accouchement par voie basse à une exception : les doses anesthésiques seront plus élevées. Une péridurale durant une césarienne permet à la jeune maman de vivre en direct la naissance de son bébé.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience