• Maman
  • Bébés

Quand le premier âge cohabite avec le quatrième

Article par , le 26/10/2006 à 16h11 , modifié le 04/02/2008 à 15h35 0 commentaire

La crèche associative Bout'chou, dans le 13e arrondissement de Paris, est l'un des deux centres en France à s'être installés dans une maison de retraite, la résidence Péan. Un mode de garde original fondé sur l'échange entre les générations.

" Et le roi et la reine vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants ", termine en murmurant Laetitia, l'animatrice. Autour de la jeune femme, Marie-Thérèse et Marcelle, deux dames de 85 ans tranquillement assises sur leurs chaises, et Angélie, Kostia et Agathe, trois bambins âgés de 18 mois à deux ans et demi. Deux générations qui écoutent attentivement, lunettes sur le nez pour l'une, pouce dans la bouche pour l'autre, un conte de fées et sorcières.

La scène se passe à la crèche Bout'chou située dans le 13e arrondissement de Paris. Ouvert en septembre 2003, l'établissement est l'un des deux centres en France à s'être installés dans une maison de retraite. Deux espaces pour deux générations séparées par une porte vitrée. 19 têtes blondes âgées de trois mois à trois ans y viennent à temps partiel. C'est d'ailleurs l'une des conditions pour y être inscrit, la seconde étant d'habiter dans le quartier. Les petits y évoluent entre les mains expertes de six professionnelles de la petite enfance et sous le regard des 95 personnes âgées du centre.

Trois fois par semaine, la porte s'ouvre, et les deux générations se " mélangent " pour pratiquer diverses activités, tantôt à la maison de retraite, tantôt à la crèche : écoute musicale, contes, et atelier de peinture. La directrice de la crèche, Soledad Figuerola, précise que ces temps sont encadrés par les animateurs. Selon les deux centres, la cohabitation se déroule à merveille. " Ces activités sont des moments à part ", raconte Laetitia, éducatrice de jeunes enfants et responsable adjointe de la crèche.


Une présence précieuse

Les deux générations ont commencé par se regarder, puis les rapports humains se sont naturellement créés. L'équipe a été agréablement surprise. Et de citer en exemple le cas d'Angélie, brunette de deux ans et demi : " Elle est d'un naturel plutôt réservé, relate une animatrice. La semaine dernière, pendant le cours de peinture, elle a passé vingt minutes affalée sur les genoux de Marcelle à la regarder peindre. "

Le reste du temps, la communication se fait à travers la porte vitrée. Et il faut voir les vieilles dames tapoter sur la vitre et les bambins se précipiter vers elles en gazouillant pour se rendre compte de la richesse de ces échanges. L'espace d'éveil des enfants jouxte le petit salon de lecture des personnes âgées. " Beaucoup d'entre elles y viennent - même celles qui ne participent pas aux activités - pour regarder ou dire bonjour aux enfants à travers la vitre, raconte la directrice. Cela leur fait une présence. "

Marcelle, dynamique octogénaire est de toutes les activités. Elle résume son avis sur cette cohabitation d'un " ça égaye, c'est sympathique, ils sont vivants ! " Tout est dit. Du côté des parents, l'enthousiasme est partagé. " Aucune appréhension, aucun à priori, cela fonctionne très bien ", constate l'un. Cécile, maman d'une petite Caroline trouve " marrant de pouvoir ainsi relier les deux extrémités de la vie. "

Association Bout'chou
01 43 31 22 74

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience