Pour le bébé

Article par Cyril-Claire COURNOYER , le 29/09/2006 à 15h38 , modifié le 29/09/2006 à 16h37 0 commentaire

Une plus grande résistance face aux infections 
Le lait maternel contient des cellules et des molécules qui aident activement le nouveau-né à lutter contre les infections. Les enfants nourris au sein sont moins sujets aux infections ORL, gastro-intestinales, rénales et cérébroméningées. Une simulation faite en 2005 estimait que si la proportion d'enfants allaités en France était la même qu'en Norvège (99% à la naissance, 42% à 9 mois), 8000 cas de diarrhées à rotavirus (le germe le plus souvent incriminé dans les diarrhées aigues) et 1000 hospitalisations pourraient être évitées chaque année.

Un aliment complet
Le lait maternel apporte à bébé tous les aliments dont il a besoin, mis à part la vitamine D qu'on conseille de donner en complément car le lait maternel en contient peu. Mais il est composé des protides, lipides, glucides et acides gras essentiels à sa croissance.

Il est hypoallergique et digeste
Le lait maternel est naturellement hypoallergénique. Il peut même prévenir des allergies si le bébé ne passe pas aux aliments solides trop tôt, soit avant 6 mois. De plus, il est plus digeste que les laits maternisés. En effet, les facteur de croissance cellulaire du colostrum évitent l'absorption de grosses molécules et permettent à l'intestin d'empêcher les protéines étrangères de pénétrer.

Une prévention contre l'obésité 
Une étude effectuée en 1999 auprès de 134 577 enfants âgés de 5 à 6 ans vient de mettre en lumière une relation inverse entre la durée de l'allaitement maternel et la prévalence de l'obésité : elle touche 4,5 % des enfants n'ayant jamais été nourris au sein alors qu'elle affecte à peine 0,8 % des jeunes nourris au sein durant plus d'un an. On explique cela entre autres par la présence importante et précoce des farines dans le lait industriel, facteur d'obésité ultérieure.

Un contact étroit et sécurisant
L'enfant au sein va éprouver un sentiment de grande promiscuité avec sa maman. Ce contact renforce naturellement le lien affectif, même si une mère qui n'allaite pas peut aussi profiter d'une relation fusionnelle, à condition qu'elle ne délègue pas systématiquement le biberon à une tierce personne ! Un bébé qui a par exemple mal aux dents va se sentir soulagé par la tétée.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience