de Florence

Article par Cyril-Claire COURNOYER , le 29/09/2006 à 16h28 , modifié le 29/09/2006 à 16h29 0 commentaire

" Je savais dès le départ que je n'allaiterai pas. Je ne voulais même pas essayer, alors que plusieurs de mes copines, enceintes en même temps que moi, disaient "je verrai bien, j'essaierai ...". Pour moi, il n'en était pas question. Je ne le "sentais" pas. Je ne pouvais pas imaginer avoir un bébé "accroché" à mes seins. J'ai une petite poitrine et je pense qu'inconsciemment, il me paraissait impossible d'être capable de nourrir un enfant.
J'ai eu quelques remarques de personnes pro allaitement qui m'en vantaient les mérites, mais je n'ai jamais ressenti le besoin de me justifier : ça ne m'intéressait pas d'en discuter. J'ai lu bien entendu plusieurs articles sur les bénéfices de l'allaitement, pour l'aspect immunitaire et pour le "corps à corps" avec la maman. Mais je suis persuadée que donner le biberon permet tout aussi bien de faire des câlins à son bébé, de lui transmettre tout l'amour qu'on ressent. Mes deux enfants sont aujourd'hui en pleine forme, d'une taille plus grande que la moyenne et particulièrement dégourdis. D'après moi, chaque maman fait ce qu'elle a envie et n'a pas à être jugée par celles qui ont fait différemment. L'essentiel, c'est l'amour, non ? "

Florence, 33 ans

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Maman
logAudience