• Mode
  • Saga des marques

Alexander Mc Queen, l'histoire de la marque

Article par Clélia ZACK , le 11/05/2011 à 08h53 , modifié le 16/05/2011 à 18h59 0 commentaire

Décalé et romantique, Alexander Mc Queen s'est imposé sur le devant de la scène. John Galliano n'a qu'à bien se tenir. Styliste de Givenchy et de Gucci avant de créer sa propre griffe, le créateur a su créer un style romantique aux accents gothiques inimitable.

Surnommé « l'enfant terrible » de la mode, Alexander Mc Queen ne porte pas les études dans son cœur. Né le 17 mars 1969 à Londres, il est le plus jeune de six enfants. Il commence la couture en créant des robes pour ses sœurs. A 16 ans, il quitte l'école pour devenir apprenti chez les tailleurs Anderson & Sheppard, célèbres pour habiller le Prince de Galles. Il continue son ascension chez Gieves & Hawkes et Angels & Berman pour ensuite travailler pour le designer Koji Tatsuno à Milan. Puis, il devient l'assitant de Roméo Giglis.
Avec toutes ses expériences, il commence à trouver son propre style. C'est en 1992, qu'il se fait remarquer avec sa collection de fin d'études  de l'Ecole Central Saint-Martin's School, dont il sera diplômé. Sa collection « Jack the Ripper » ne passe pas inaperçue avec les coupes extravagantes et brutes. Isabelle Blow, l'icône excentrique qui deviendra la meilleure amie et muse du créateur, achète la totalité de la collection.
En 1996, Alexander Mc Queen remporte le prix British Designer of the year, qu'il remportera encore trois fois par la suite. Séduite par son talent, la Maison Givenchy décide de remplacer John Galliano par le nouveau créateur en vogue pour donner du sang neuf à la marque.
Connu dans le monde de la mode, Alexander Mc Queen décide de lancer sa propre marque éponyme avec l'aide de Gucci autour des années 2000. Il commence à créer des collections qui sont de véritables signatures de son style déjanté. Il est d'ailleurs élu meilleur designer  international par le Council of Fashion Designer of America. Alexander  Mc Queen se développe alors avec des collections pour hommes, des collections en maroquinerie et en ouvrant des boutiques à Londres, Milan, Los Angeles ou encore New York.
Il passe du style futuriste au style pirate. Il allie romantisme avec du cuir et de la dentelle tout en ayant se côté dark gothique.
Avec cette conquête internationale, en 2006, il lance sa ligne de prêt-à-porter et accessoires McQ-Alexander Mc Queen, moins sophistiqué et plus accessible.
Alexander Mc Queen fait la différence en se faisant remarquer . Il n'hésite pas à faire défiler Aimée Mullins, une top modèle amputée des deux jambes, quitte à faire scandale et à s'attirer des critiques acerbes.
Il collabore avec  Samonite pour une ligne de maroquinerie ou encore Shaun Leane, une marque de joallerie.

Lady Gaga, la chanteuse extravagante, porte les célèbres chaussures Armardillo, signées Alexander Mc Queen. Du haut des 20 centimètres de talons, le style de la chanteuse incarne parfaitement la collection été 2010 du look futuriste à paillettes.

 Chaussures Alexander Mc Queen collection été 2010

La perte d'Alexander Mc Queen, en janvier 2010, n'a pas fait reculer le succès de la marque puisqu'elle est devenue incontournable au près des plus grandes stars telles que Cameron Diaz, Sandra Bullock ou encore Dita Von Teese. Kate Middleton a mis à l'honneur le célèbre créateur en portant une robe blanche ivoire lors de son mariage avec le prince William, signée Sarah Burton, la nouvelle directrice artistique de la marque.
Destin tragique, le Metropolitan Museum (MET) de New York rend hommage au créateur en présentant l'exposition Savage Beauty. Le Met reprend plus de 100 pièces d'Alexander Mc Queen avec parmi lesquels le fameux pantalon Bumster ou encore la redingote Origami. L'exposition à lieu du 4 mai 2010 au 31 juillet.

Alexander Mc Queen n'a pas fini de faire parler de lui.
 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


de Mode

PHOTOS DE Lady Gaga
Toutes les vidéos et photos de Lady Gaga »
VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis


SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience