• Mode
  • Rencontres

Trois questions à Eymèle Burgaud

Article par Karin DANJAUME , le 23/11/2005 à 12h22 , modifié le 07/02/2008 à 15h44 0 commentaire

Eymèle Burgaud a 32 ans. Elle présente actuellement sa troisième collection de prêt-à-porter pour l'été 2006 dans les salons internationaux. La créatrice nous parle de son univers particulier.

Comment êtes-vous devenue créatrice de votre propre ligne de vêtements ?
J'ai toujours été intéressée par la mode. Toute petite, je découpais des silhouettes dans les magazines. J'ai fait des études de communication puis j'ai travaillé dans le marketing dans le domaine du textile à Singapour et chez LVMH. Après la naissance de ma fille et à l'approche de la trentaine, je me suis dit que le moment était venu d'oser réaliser mon rêve. J'ai repris des études à ESMOD. J'avais une idée précise de ce que je voulais faire : monter ma société et exploiter ma marque.

Comment définissez-vous votre style ?
On pourrait parler de "légèreté teintée d'étrangeté". J'ai un univers de couleurs douces et nuancées. Et je suis fan de blanc. Je travaille beaucoup sur les détails et je m'attache aux choix des matières : je les veux avec un côté naturel mais très travaillé. J'aime quand il y a des aspérités. Je ne crée pas de silhouette stricte. Mes vêtements sont faits pour être portés de façon nonchalante et informelle. Je travaille aussi beaucoup sur les superpositions, les éléments à boutonner / déboutonner. Cela permet aux femmes de s'approprier le vêtement.

Revenons sur votre collection de l'hiver 2005-2006...
Mon processus de création est toujours narratif avec une histoire qui me trotte dans la tête. Pour cet hiver, c'est une histoire de poupées. J'ai fait un grand ménage dans la chambre de ma fille et une image m'est venue : dans les chambres de petites filles, il y a toujours des poupées dans les coins. Du coup, j'ai pensé à la poupée de chiffon, la poupée russe - volumes emboîtés, pantalon avec une taille haute et basse à la fois - la virtuelle, la désarticulée...
Pur moi, elles sont une métaphore de ce que peut-être la féminité aujourd'hui. Elles représentent les différents visages de la femme.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


de Mode
logAudience