• Mode
  • Mon Homme

Lanvin loves H&M, la chronique de Brieuc

Article par Brieuc75 , le 05/11/2010 à 11h00 , modifié le 05/11/2010 à 11h20 0 commentaire

Cette semaine, Brieuc75, blogueur et expert mode homme revient sur la présentation Lanvin pour H&M. Verdict ?

Je vous propose cette semaine un retour sur l'information, l'instar des analyses politiques du dimanche.Ne soyez pas troublés, nous resterons dans notre domaine de prédilection : la mode. Ainsi, si nous devions retenir un événement de la semaine, ce ne serait ni l'élection présidentielle de la première femme au Brésil, ni les élections de mi-mandat aux Etats-Unis, et encore moins l'histoire des colis piégés.

Quoiqu'en matière de paquet cadeau qui pourrait nous faire exploser de joie, c'est forcément la révélation de la nouvelle collection issue de la collaboration entre le géant suédois de l'habillement mass-market et une des maisons de prêt-à-porter de luxe les plus en vue du moment : H&M et Lanvin.

Annoncée avec un effet de surprise maximal au sortir de l'été, pour nous faire encore plus aimer l'hiver 2010, et ponctuée de quelques buzz plus tard, la collection a été révélée le 2 novembre dernier, pour un coup de grâce le 23 novembre prochain, jour de mise en vente de la collection. (et sans doute unique journée pour se procurer les pièces convoitées si on en croit l'engouement déjà généré).

Ainsi, depuis mardi matin, sites internet, blogs ou magazines spécialisés en mode ou pas, ont tous relayé les visuels de la collection.

Après ces quelques jours d'euphorie modesque (loin d'être modeste), une petite analyse de la collection s'impose. (en tous les cas, je me l'impose), avec la question de circonstance : ce colis annoncé en voie d'expédition est il piégé ? Faudra-t-il aller le chercher, ou le renvoyer à l'expéditeur ?
La boîte semble jolie au demeurant.
Pourtant une fois ouverte, deux sentiments se dégagent : d'une part l'impression de connaître le cadeau ce qui rassure et d'autre part l'idée de posséder déjà un même exemplaire ce qui déçoit.
manteau Lanvin hiver 2006Smoking blanc Lanvin été 2007

Alors pourquoi cet effet "pshiitt" à l'ouverture?
Tout d'abord des éléments tout à fait reconnaissable du style Lanvin par Lucas Ossendrijver pour l'homme : des silhouettes fluides, une impression de légèreté et de séduction douce, des pièces qui se mixent les unes avec les autres, une qualité qui semble au dessus du standard moyen, et surtout des accessoires qui marquent l'esprit immédiatement : nœud papillon surdimensionné, cravate à sequins, broche fleur à la boutonnière, casquette haute et même les derbys métallisés (alors que vous étiez nombreux à espérer des baskets montantes)... des détails qui permettent, même aux non initiés de caractériser Lanvin pour l'homme.

Et voilà pourquoi cette collection peut décevoir. En décryptant chaque silhouette, et en détaillant chaque pièce, c'est un retour aux premières collections dessinées par Lucas pour Lanvin que nous retrouvons, et plus spécifiquement celles de l'hiver 2006 au printemps 2008. Dans le monde de la mode, c'était il y a très longtemps.

D'où cette impression de recevoir un magazine tarifé au tarif lent et d'avoir déjà lu les informations sur internet.

Ainsi je retrouve ce smoking avec sa veste à col châle crème ou ce pantalon resserré par un lien en bas de l'été 2007, ces vestes courtes à galon du printemps 2008 et même ce manteau en laine à boutons dorés de l'hiver 2006.
manteau H&M Lanvinveste galons H&M Lanvin

Alors que faire?

Pour les connaisseurs et acheteurs de l'homme Lanvin, la déception sera grande de ne pas retrouver le Lanvin des années 2010, plus mûr, plus sûr de lui, plus conquérant et finalement plus grave.
Pour les autres ce sera comme une sorte de rite de passage, un apprentissage du style Lanvin, sans brûler les étapes et finalement sans se ruiner, et sans risque puisque ces modèles ont été éprouvés par les fashionistos depuis 3 à 4 ans !
Une façon de profiter d'une braderie d'un ancien stock Lanvin avec des pièces qui se retrouvent à chaque collection.

Au final, l'idée qui en ressort est que Lanvin n'a pas voulu brûler toutes ses cartouches : une collaboration d'accord, de la qualité forcément mais sans proposer un style trop proche des collections actuelles qui auraient pu détourner ses propres clients vers le Suédois.

Pour ma part, je sais donc que le 23 novembre, je pourrais faire la grasse matinée, en attendant un colis plus prometteur...

Retrouvez aussi Brieuc 75 sur son blog 

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


de Mode
logAudience