• Mode
  • Shopping

Mode hiver : Pourquoi on ne cèdera pas à la tendance moumoute

Article par Jennifer Delattre , le 18/10/2010 à 11h39 , modifié le 19/01/2011 à 17h10 0 commentaire

Vous avez très certainement dû l'apercevoir, la fourrure rempile cette année encore, et s'installe confortablement dans le dressing. Et si l'on en croit les couturiers, cet hiver devrait être digne d'un froid polaire -thème utilisé au défilé automne-hiver 2010-2011 de Chanel, qui a fait défiler ses mannequins sur la banquise. Evidemment, vu sous cet angle, on se dit qu'étrenner la fourrure offerte l'année passée qu'on n'osait pas sortir de peur de faire mamie, sera une aubaine. Oui, mais il faut nuancer...

Fourrure oui, moumoute non
... car la nouveauté de cette année, est qu'il ne s'agit plus totalement de fourrure mais plutôt de moumoute. La différence ? Ne vous êtes vous jamais demandé pourquoi la jeune fille que vous voyez traverser avait des jambes de Yéti ? Voilà la nuance ! C'est le cas typique de la « victime de la moumoute », ce pelage à mi-chemin entre la fourrure et la descente de lit en peau de mouton. Cette matière si étrange soit-elle, semble être le fil conducteur de l'hiver de nombreux créateurs ; Karl Lagerfeld a transformé les bottes d'hiver en bottes toutes de poils recouvertes et Dolce&Gabanna n'a pas hésité à faire des jupes de poils.

Ses risques
La moumoute est en général à base de tissus synthétiques, alors gare à l'effet vulgaire et négligé qui peut vite arriver avec de la fausse fourrure. Et si on porte de la vraie ; à base de plumes d'autruches ou du pelage de renard, on risque de se faire alpaguer par les activistes membres de l'association de BB.
Autre problème, qui n'en est pas des moindres, la moumoute ne met pas du tout en valeur une silhouette. Qu'il s'agisse de bottes, manteaux ou autre, ce duvet poilu décliné sous toutes ses formes à la fâcheuse tendance à faire prendre 5kg dès qu'il est porté -nous n'avons pas toutes les jambes et la plastique d'Heidi Klum ni de Claudia Schiffer.

Ses victimes
Confortable et douillette, la moumoute envahie principalement les chaussures et les vestes/manteaux. Karl Lagerfeld pour Chanel et Dolce&Gabanna ont décidé d'habiller nos pieds de grosses bottes (trop) fourrées, tout comme Roberto Cavalli d'humeur féline cet hiver. Les pieds sont ainsi les premières victimes de cette mode, s'en suit le classique manteau, qui lui, passe beaucoup moins inaperçu.

La moumoute avec parcimonie
Exit le total look manteau+gants+chapka+sac+bottes en moumoute, même si on ne doute pas de la capacité de la tenue à se protéger du froid, la tendance ours de ville n'a pas encore été proclamée. Une pièce moumoute à la fois, bottes ou manteaux et jupe ou bottes.

Les deux couleurs
Les déclinaisons principales de cette toison sont en général le gris/noir et le camel/marron. Du fait de la teinte sombre de la fourrure grise/noire, la pièce passe plus facilement et se fond dans la masse, les prises de risques sont ainsi moins importantes. Par contre, les nuances de marron/camel font souvent ressortir l'aspect du synthétique de la moumoute, elle est donc à manier avec précaution.
>Retrouvez aussi notre shopping

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


de Mode
logAudience