• Mode
  • Shopping

La haute couture pour les Nuls : tout savoir sur la Fashion Week

Article par , le 04/07/2011 à 17h09 , modifié le 04/07/2011 à 17h36 0 commentaire

C'est parti pour la Fashion Week, version haute couture : 4 jours de pur luxe, pour quelques maisons garantes du savoir-faire artisanal...

A côté du prêt-à-porter, la haute couture représente l'élite de la couture et de la culture française, un artisanat élevé en art pour lequel travaillent des petites mains, brodeurs et experts... A l'occasion de la semaine de la semaine, du 4 au 7 juillet, faisons le point sur la haute couture, un savoir-faire menacé mais encore bien vivant grâce à quelques maisons.

Pour les néophytes qui se demanderaient ce qui différencie la couture -appellation qui n'existe qu'à Paris- du prêt-à-porter de luxe, c'est l'exclusivité, l'unicité du modèle ainsi que le travail des ateliers, qui travaillent parfois des centaines d'heures,  sur une seule pièce, confectionnée 100% à la main.

En France, 10 maisons (seulement) se voient accorder le précieux sésame, qui leur permet de défiler pendant la semaine de la mode spécial haute couture : Adeline André, Anne-Valérie Hash, Chanel, Christian Dior, Franck Sorbier (qui a décidé d'ouvrir son défilé au grand public via un système de mécénat), Givenchy, Jean-Paul Gaultier, Gustavolins, Maurizio Galante, Christophe Josse et Stéphane Rolland.

 

D'autres maisons et jeunes créateurs se greffent en off, des jeunes couturiers qui cherchent à se faire repérer. Une entreprise de plus en plus compliquée pendant les défilés prêt-à-porter. Citons pêle mêle :  Worth, Jan Taminiau, Georges Hobeika, Georges Chakra, Basil Soda, Dany Atrache, Zuhair Murad, LeBo Couture, Tô Long-Nam, Xuan-Thu NGuyen, Yiqing Yin, Lee Jean Youn, Didit Hediprasetyo, Yanina, Anoufa, Quentin Veron, Eric Tibusch, ART/C, Jean Paul Knott, Carven, Vaillant Mayen, Fabien Rozan, Valerian Hughes...

 

Enfin il y a les membres invités Alexis Mabille, Gianmbattista Valli, Iris Van Herpen, Maison Rabih Kayrouz, Alexandre Vauthier, Julien Fournié, Maxime Simoëns et les correspondants Elie Saab, Giorgio Armani, Valentino, Alaïa.

 

Parmi les temps forts, on attend bien sûr Dior, privé de  créateur depuis le limogeage de John Galliano, dont les ateliers seront mis à l'honneur. "Au sein de la maison Dior, on a toujours eu un studio assez grand, composé de différents stylistes, qui est capable de créer une collection, même en l'absence d'un designer" , déclaré un porte-parole soucieux du prestige de la maison qui saura une fois de plus nous surprendre, à n'en pas douter.

Si les Cassandre craignent un défilé sans âme, faute de chef d'orchestre... c'est peut-être aussi l'occasion pour les ateleirs de montrer tout leur savoir-faire, autrefois dépassé par le faste et la personnalité du maestro John Galliano.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


de Mode
logAudience