• Mode
  • Shopping

Défilé Louis Vuitton : entre provoc' et angélisme

Article par , le 09/03/2011 à 21h47 , modifié le 09/03/2011 à 21h59 0 commentaire

Evénement du jour à la Fashion Week, Kate Moss, clope au bec, bas résille et casquette de capo pour le défilé Louis Vuitton...

John Galliano aurait-il trouvé son successeur en Marc Jacobs ? Pour son défilé Louis Vuitton, l'enfant chéri de la mode a investi l'univers des hôtels de passe, et modelé son fanstasme autour d'une Kate Moss en capo, bas résille, clope au bec et casquette militaire sur la tête...

 

Une vision de bordel après avoir été accueillie cour carrée du Louvre par des soubrettes aux gants blancs. Il fallait oser Marc Jacobs l'a fait. Ange et démon, rêve ou fantasme, pensionnat de jeune fille dé-rangée ou hôtel de charme, pour son défilé Louis Vuitton, Marc Jacobs explore ses fantasmes qui prennent les traits d'une Kate Moss, maîtresse SM, vêtue d'une trench en vinyle façon Charlotte Rampling dans Porter de nuit. 

 

"Nous voulions faire quelque chose autour du fétiche, pas forcément sexuel, mais sur l'obsession presque irrationnelle du désir pour des objets de mode"?, expliquait le créateur au sortir de son défilé. Fétichime, le mot est lâché. Guêpières, cuissardes, résilles... fétiche aussi le sac Louis Vuitton Lock It. Sombre objet du désir, objet de fantasme des modeuses...

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.


de Mode
logAudience