Quand le corps dit non

Article par Cyril-Claire COURNOYER , le 16/01/2007 à 10h25 , modifié le 16/01/2007 à 10h26 0 commentaire

" Entre Pablo et moi ça a été un coup de foudre immédiat. Nous étudiions à la fac d'histoire. Argentin, Pablo avait un visa d'étudiant. Notre histoire était surtout physique, car nous n'avions finalement peu de goûts communs. Mais quand il m'a demandé en mariage deux ans après notre rencontre, j'ai accepté. J'avais soif d'indépendance parentale, et je trouvais l'idée aussi folle qu'excitante. Puis je savais qu'il pourrait alors rester en France, et cette idée évidemment me plaisait bien.
Comme sa famille vivait à Buenos Aires, nous avons planifié un tout petit mariage civil à la mairie, juste entre amis, six mois plus tard.
C'est étrange mais je trouve avec le recul que Pablo était un peu moins attentionné, peut-être parce que j'allais devenir " sa chose ". Nous étions bien ensemble, mais ma famille me disait que c'était une décision trop hâtive, je n'avais que 21 ans et toute la vie devant moi. Plus mes proches m'embêtaient avec ça, plus je me persuadais qu'ils avaient tort. Mais malgré tout, je n'étais pas si certaine de prendre la bonne décision. Je suis allée jusqu'au bout, et le fameux samedi est arrivé. Nous voilà à la mairie, émus, nerveux, très nerveux. Surtout moi. Puis devant le maire, avec ma jolie robe rouge et Pablo à mes côtés. Puis plus rien. Le trou noir. Je suis tombée dans les pommes, en pleine cérémonie ! Je me suis réveillée quelques minutes plus tard, avec une tension tellement basse que je n'ai pas réussi à me relever.
Heureusement que nous n'avions pas prévu un grand mariage... Nous avons interrompu la cérémonie et ma mère m'a raccompagnée chez moi, après qu'un docteur ait effectivement diagnostiqué une hypotension exceptionnelle.
La journée était complètement tombée à l'eau. Mon mariage aussi, car superstitieuse comme je l'étais, j'ai pris cela comme un signe et j'ai décidé de ne plus épouser Pablo. Il en a été attristé, mais étrangement pas tant que ça. Nous nous sommes séparés quelques mois plus tard. Il est retourné vivre en Argentine et m'a envoyé il y a peu une invitation pour son mariage là-bas ! Moi je suis avec quelqu'un que j'aime... mais qui craint de m'épouser et de me voir m'évanouir durant le mariage ! Sauf qu'avec lui, je suis beaucoup sûre de mon engagement, je sais que ça ne m'arrivera pas."

Nancy, 29 ans

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience