Des fiançailles bradées

" Tout a débuté par un vrai quiproquo stupide, et je m'en veux encore aujourd'hui, plus de 10 ans après. Ma première copine s'appelait Manon, nous étions sortis ensemble car ça a été la seule fille qui m'avait accordé de l'attention. J'étais mal dans ma peau et ne connaissait aucun succès auprès de la gent féminine. Nous avions alors 16 ans et nous sommes devenus un couple. Je l'aimais bien mais comme une amie, je n'ai jamais véritablement été amoureux d'elle. Je suis quand même resté avec elle jusqu'à mes... 24 ans ! Nous vivions une histoire aussi calme qu'ennuyeuse, mais je ne connaissais rien d'autre que cela et ne me posais pas trop de questions. Un jour, alors que nous accompagnions sa sœur et le copain de celle-ci pour acheter leurs bagues de fiançailles, le bijoutier a alors dit : " Ces bagues sont effectivement chères mais si elles vous plaisent vraiment achetez-les, c'est pour la vie. " Puis voilà qu'il ajoute : " Si vous achetez deux autres bagues, je vous fais 25 % dessus. " Puis il lance un clin d'œil à Manon et moi. Je me sens défaillir ! Manon me regarde en souriant, en retenant son souffle, en espérant... Et moi, je m'entends dire : " Excellente idée. Chérie, fais ton choix, on se fiance ! "
Quand je repense à cette phrase honteuse, juste pour un 25 %... je suis mort de honte. Je ne vous parle pas du malaise que j'ai ressenti la bague au doigt. J'en étais malade juste de la regarder. Je me détestais. Un mois plus tard, au restaurant, alors que Manon osait enfin me relancer sur les préparatifs de nos noces, j'ai craqué. Je me suis confondu en excuses, mais je lui ai dit que je ne souhaitais pas l'épouser, que j'avais accepté sans trop savoir pourquoi. Elle était en larmes et moi, plus minable que jamais. Nous nous sommes quittés la même semaine. J'ai eu le droit aux foudres de sa famille car j'avais rendu Manon extrêmement malheureuse avec ce revirement de situation. Elle a accepté seulement plusieurs années après de me revoir, mais nous n'abordons jamais cet épisode douloureux. La revoir ne fait que confirmer que ce n'était vraiment pas la femme de ma vie. Depuis, je crois que je ne me marierai jamais. J'ai trop peur de refaire souffrir une autre personne.

Stéphane, 37 ans

Cyril-Claire COURNOYER - le 16/01/2007 - 10h25
TOUT SAVOIR SUR

 
Des fiançailles bradées : réagir

En application de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 (modifiée) relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour l'exercer, vous pouvez à tout moment modifier ou supprimer les informations vous concernant en adressant un courrier au 1 quai du Point du Jour 92100 Boulogne-Billancourt. L'objectif de votre inscription est de réagir à nos articles. La validation emporte consentement à la collecte, au traitement, au stockage et à l'utilisation des informations que vous avez saisies.
logAudience