La volonté de s'en sortir

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 20/02/2007 à 11h05 , modifié le 20/02/2007 à 11h06 0 commentaire

Si Brigitte a toujours eu la volonté de s'en sortir, elle a bataillé ferme pour y arriver. Après des passages difficiles dans des foyers d'hébergement, elle finit enfin par rencontrer les personnes qui lui apportent une aide constructive. En l'occurrence les membres de l'association " Les Captifs ". Ils l'aident à rédiger un CV, des lettres de motivation pour trouver un emploi... " Même si vous avez une farouche volonté de sortir de la rue, c'est très difficile de se réinsérer. Ce sont toutes les paroles des gens qui m'encourageaient, me soutenaient, qui un jour sont remontées à la surface et m'ont donné la force de bouger. "

Le chemin a été long et difficile, mais aujourd'hui à 45 ans, grâce au précieux soutien de cette association, Brigitte a obtenu un travail, un petit appartement où elle peut enfin dormir dans le calme. Elle reprend goût à une vie normale doucement, car on ne sort pas indemne de la rue. Si elle va bien physiquement, elle reste psychologiquement marquée par cette expérience. Ses employeurs connaissent son histoire, ne la jugent pas sur son passé mais tout simplement sur ses compétences. Elle aperçoit de temps en temps ses anciens compagnons de galère dans Paris, notamment Samy qu'elle a aimé mais qui n'a pas réussi à décrocher de l'alcool et de la rue. Brigitte ne se sent pas encore assez forte pour aller vers eux, surtout qu'à leurs yeux, quitter ce monde est vécu comme une trahison.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience