Responsable de sa maladie

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 29/11/2006 à 16h22 , modifié le 30/11/2006 à 09h41 0 commentaire

A la lecture de ce livre, on se demande comment elle a pu sombrer si loin dans l'alcool, sans que personne ne cherche vraiment à l'aider. Sa mère, psychologue, lui donnait une éducation que l'on pourrait juger de laxiste, mais Julie ne lui jette pas la pierre. Au contraire, aujourd'hui avec le recul et après huit ans d'abstinence, elle prend sa défense. " Je crois que plus on est proche des gens, plus c'est difficile de les aider. Ma mère avait ses propres difficultés à gérer à cette période-là. Elle était prise dans un tourbillon entre sa vie personnelle, pas simple et son travail. De toute façon, à aucun moment je n'ai exposé mon problème à mon entourage. J'ai construit ma propre histoire. Je buvais souvent seule, on ne me voyait donc pas ivre. Un alcoolique est d'ailleurs rarement ivre, il a de l'alcool en permanence dans le corps et il a de l'endurance. Par exemple, je n'arrivais jamais saoule à une fête de famille, même si j'avais bu avant, personne ne le voyait. Mon entourage ne m'a d'ailleurs jamais dit " arrête de boire ".

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience