Nicolas Vanier : une passion au service de la Terre

Article par Cyril Cournoyer , le 17/05/2006 à 13h02 , modifié le 17/01/2008 à 14h20 1 commentaire

Il n'est pas seulement un aventurier admirable, qui nous a notamment impressionnés par sa dernière Odyssée Sibérienne. Il est aussi un homme disponible qui a accepté tout de go de répondre à nos questions, en toute simplicité.

Quand avez-vous décidé de devenir explorateur ?
J'ai toujours eu cette idée en tête, il n'y a pas vraiment eu d'évènement déclencheur. Ma passion du Grand Nord date de toujours, quand je me trouvais devant une carte du monde, je regardais systématiquement en haut !

Vos voyages ont-ils toujours été un combat pour l'environnement ?
Non, durant les vingt premières années, cela a d'abord été une façon d'assouvir ma passion. Je voulais enfin vivre concrètement ce que je lisais ou ce que je voyais dans les documentaires concernant le Grand Nord. A l'époque, je n'avais pas trop conscience de l'urgence qu'il y avait à préserver l'environnement.

Comment avez-vous décidé de devenir en quelque sorte " ambassadeur pour la Terre " ?
Il y a 6 ou 7 ans, quand j'ai découvert les conséquences alarmantes du changement climatique lors de mes expéditions. Il m'est alors devenu impossible de ne pas mettre en avant les dangers du réchauffement de la planète et de la pollution.

Les mentalités changent-elles ?
Il y a une prise de conscience certaine, mais ce n'est pas suffisant. On parle beaucoup mais peu d'actions sont posées.

Etes-vous pessimiste ?
Non, je suis plutôt en colère. Quand je vois l'énormité qu'a représenté la mise au point du protocole de Kyoto au regard de ce qu'il apporte concrètement, c'est un peu décourageant. Mais je suis résolument optimiste car notre génération va vivre un véritable changement. C'est tout un défi mondial qu'il va falloir relever, les pays vont devoir travailler tous ensemble. Nous sommes sur le même bateau, et c'est passionnant.

Les gens sont concernés par l'importance de l'écologie, mais se sentent souvent impuissants. Que pouvez-vous leur conseiller ?
C'est une très grande erreur que de se sentir impuissant. Nous avons tous deux pouvoirs précieux : nous sommes électeurs et consommateurs. Nous pouvons choisir ce que nous achetons et réfléchir aux conséquences écologiques des gestes que nous posons. Si nous agissons en fonction de cela, c'est déjà énorme.

Après votre magnifique Odyssée Sibérienne, vous reposez-vous un peu ?
Pas vraiment, car je travaille beaucoup sur le film, et nous avons énormément d'images !

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Giacalone serge antoine, le 15/11/2009 à 11h54 : Bonjour, juste un merci a Nicolas et a c chiens qu'elle bonne aventure que vous ma vais fais partager un respect a vous et aux chiens... L'équipe Starlight-Cannes


de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience