Jeannie Longo, l'insatiable du vélo

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 06/07/2006 à 12h29 , modifié le 25/08/2006 à 11h30 0 commentaire

On ne la présente plus. Jeannie Longo a certainement l'un des plus prestigieux palmarès sportif, toutes disciplines confondues. Elle est une légende du cyclisme féminin. Cette athlète, au caractère bien trempé, évoque pour Plurielles.fr sa passion pour ce sport dont on parle encore trop peu.

Une championne hors norme
Jeannie LongoA 47 ans, on pourrait la qualifier d'indétrônable. En effet, on ne compte plus les courses gagnées par la grenobloise qui vient de remporter son 52e titre national. Il faudrait plusieurs pages pour énumérer son palmarès : plus de 940 victoires, un titre de championne Olympique à 37 ans, 13 fois championne du monde, des records du monde...
Alors qu'elle se dit en semi retraite, elle reste malgré tout prête à participer aux Championnats du monde, en septembre prochain, si elle juge son niveau suffisant. " Il serait temps d'arrêter de penser qu'un athlète ne vaut plus rien passer la trentaine. Justement, je pense que c'est entre 30 et 40 ans qu'il est physiquement plus fort. Avec la maturité, il sait mieux exploiter ses forces physiques, il connaît ses capacités et le potentiel est là. "
En effet, le sport reflète bien la société d'aujourd'hui où tout doit aller très vite. " C'est regrettable on ne prend pas le temps de faire mûrir un champion. La pression devient trop forte dès que l'on voit qu'il est bon. " C'est pour cela qu'à 47 ans Jeannie fait figure d'exception.

Le cyclisme féminin boudé
Jeannie LongoLa relève tarderait-elle à arriver ? Elle existe bel et bien, mais hélas le cyclisme féminin, contrairement au masculin, ne fait pas parler. " On traite de ce sport dans les médias à travers moi parce que je suis " âgée " et que je remporte encore des courses. Pourtant, il y a des filles de qualité qui arrivent. C'est vraiment regrettable le manque de communication qu'il y a autour de cette activité sportive, comme pour d'autres sports féminins d'ailleurs. On ne peut pas avancer dans ces conditions. Il faut donner aux filles l'envie de participer à des compétitions, plus de moyens financiers, la possibilité d'être correctement encadrées. " Car ce sport, dur physiquement, demande des qualités comme la détermination, l'organisation, la volonté et la ténacité. C'est en partie grâce à un bon entraîneur qu'un sportif trouve la force de se surpasser. Et comme tient à ajouter Jeannie, " il ne faut pas non plus vouloir tout, tout de suite. "

Le dopage
Quant on parle cyclisme, on ne peut s'empêcher d'évoquer le problème du dopage. La championne ne comprend pas pourquoi on s'acharne à ternir ce sport-là en particulier. Certes il y a des tricheurs, mais comme dans tous les sports. " Il faudrait peut-être aussi arrêter de demander toujours plus aux sportifs. Même avec de moindres performances, le spectacle sera toujours au rendez-vous. "

La reconversion
Jeannie Longo considère que cela fait déjà un moment qu'elle a entamé sa reconversion. Durant toutes ces années, elle ne s'est pas contentée de pédaler, elle a aussi touché à plusieurs métiers, comme le management d'une équipe, la sophrologie, la diététique. La naturopathie est aussi une activité qui lui tient à coeur. Rien ne semble encore bien défini pour elle, d'autant que question vélo, elle n'a pas encore dit son dernier mot. Rendez-vous en septembre aux Championnats du monde.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience