Femmes 2008 : les choix de la rédac'

Article par La rédaction , le 05/03/2008 à 17h15 , modifié le 02/03/2009 à 14h12 1 commentaire

Quelles sont les femmes qui nous font vibrer de par leur courage, leur audace ou leur charme ? Nous avons sondé la rédaction de Plurielles et voici les réponses.

Laetitia, Aline, Justine... « mes » femmes de l'ombre
Mettre en avant « ma » femme de l'année. Oui, mais pas celle ou celles dont on nous rebat les oreilles dans les médias. J'ai plutôt envie de mettre en avant « mes » femmes de l'ombre, celles dont on ne parle jamais mais qui, de par leur courage, mériteraient elles aussi d'être pour une fois dans la lumière. Celles que j'ai eu la chance de rencontrer et d'interviewer grâce à mon métier de journaliste. Je veux parler d'Aline, jeune greffée du cœur, de Laetitia atteinte du locked-in syndrom ou bien encore de Justine, anorexique à 14 ans... Pour elles, chaque jour, chaque minute a été, ou est, encore un combat contre la maladie, la souffrance ou le handicap. Ces femmes, qui à travers leur récit, vous entraînent dans leur quotidien parfois si douloureux, et vous donnent sans même le vouloir de véritables leçons de vie. Des femmes qui ne sont jamais dans la plainte ou la pitié, et pourtant elles auraient de quoi, mais dans la lutte pour aller de l'avant.
A l'occasion de la journée de la femme j'avais envie d'évoquer ces belles rencontres, si enrichissantes qui vous font réaliser que la vie n'est pas si désagréable que ça quand on a la chance de marcher, de respirer ou même de parler sans problème. A travers ce petit texte, je voulais les remercier de leur patience à répondre à mes questions, parfois indiscrètes, et surtout de leur confiance.
Laurence Bourdouleix
 
Les femmes en politique
ségolène royal et bénazir bhuttoCe n'est pas une femme en particulier que m'évoque « la journée de la femme », mais toutes les femmes qui, depuis plusieurs mois, sont de plus en plus nombreuses à oser briguer les plus hautes fonctions de l'Etat dans le mode entier.
Comme Angela Merkel en Allemagne, Michelle Bachelet au Chili ou Ellen Johnson au Libéria, les femmes osent maintenant affronter les hommes sur le ring politique et ça marche ! Pourtant, rien ne leur est épargné : ni les remarques sur leurs tenues vestimentaires (trop « memère » ou trop sexy), ni les accusations d'être des hommes « en pire », ni bien entendu les sous-entendu sexistes.
Quelles que soient mes idées politiques, j'avoue que j'ai admiré la bataille livrée par Ségolène Royal pour prouver qu'une femme, qui plus est mère de famille nombreuse, était capable d'affronter un homme « en finale » de l'élection présidentielle.
La combativité d'Hillary Clinton pour remporter les primaires démocrates aux Etats-Unis avec, à ses côtés, un mari dont on ne sait plus s'il est un handicap ou un atout pour sa campagne, m'épate également. Sans oublier Benazir Bhutto, assassinée en pleine campagne électorale au Pakistan, alors qu'elle se présentait de nouveau après avoir été la première femme élue dans un pays musulman.
Sans être féministe, c'est à toutes ces femmes que je pense quand on parle de la « journée de la femme » car ce sont elles qui sont et seront les plus à même de faire évoluer la condition des femmes dans le monde.
Florence Faure
  
Manon Loizeau
Manon LoizeauSavoir peut changer le monde. Et grâce à  Manon Loizeau, jeune femme reporter, nous pouvons changer le monde. A notre échelle, souvent trop courte. Mais comme chaque grand voyage commence par un petit pas...
Après avoir vécu 7 ans en (ex) Russie, cette journaliste, spécialiste de ce pays, réalise, souvent au péril de sa vie, des reportages qui nous ouvrent les yeux sur des sujets qu'on préfèrerait peut-être ignorer. Eteindre la lumière sur les drames lointains est souvent plus simple, mais Manon Loizeau a décidé très tôt de nous éclairer et de témoigner. Témoigner sur ces destins brisés, sur les exécutions sommaires de Tchétchénie, sur les dessous du drame de Beslan, sur les mouroirs pour enfants handicapés, que Manon Loizeau a filmé déguisée en infirmière et en caméra cachée... A quoi bon filmer  des images frisant l'insoutenable ? A témoigner. A dénoncer. A sensibiliser. Ignorer les Tchétchènes, c'est les laisser mourir davantage. Les pays les plus pauvres sont souvent ceux que la désinformation gangrène. Le talent de Manon Loizeau est de rester objective à travers son objectif. Engagée, mais pas militante. Percutante, mais pas voyeuse. Elle brave les zones de non-droit pour nous. Pour eux. A ce stade là, le journalisme devient humanisme, ce n'est plus un métier, c'est une vocation. Merci pour ce courage. Une image vaut mille mots, les vôtres, peut-être davantage.
Cyril Cournoyer

Hillary Clinton
Hillary ClintonPour la journée internationale des femmes, plein feu sur Hillary Clinton : une femme d'aplomb qui bouscule les mentalités !
De 1993 à 2001, on l'a découverte fidèle et forte en première dame des Etats-Unis. Lors du scandale de Monica Lewinsky en 1996, elle ne demande pas le divorce et reste présente et attachée à son mari, donnant l'impression que rien ne s'est passé. Elle est alors avocate, spécialisée dans le droit des enfants, mais c'est à ce moment là qu'elle songe sérieusement à entrer en politique sous son propre prénom. 
Depuis 2001, Hillary Diane Rodham, de son vrai nom, est sénatrice de New York. Elle devient ainsi la première dame des Etats-Unis à être élue au suffrage universel à un poste diplomatique. Aujourd'hui, c'est à son tour d'être propulsée sur le devant de la scène politique américaine. Dans sa course à la Maison Blanche, Hillary Clinton dérange, même au sein de son propre camp. Aujourd'hui, elle a cependant énormément de soutien et porte l'espoir de tourner définitivement la page Bush. Reconnue pour sa défense du droit des femmes dans le monde et l'engagement qu'elle voue aux enfants, Hillary Clinton a d'ores et déjà marqué l'histoire en étant la première first lady à vouloir investir le bureau ovale.   
Une femme à la tête des Etats-Unis, on dit OUI !
Sophie Bourgeois
 
Marion Cotillard
Marion CotillardEn cette journée spéciale de la femme, je dédicace une pensée à Marion Cotillard qui a conquis l'Amérique ! Et oui, la petite frenchy a bouleversé le cinéma US et il n'y a pas de honte à en être fier puisque la dernière fois que ça c'est produit c'était en 1960 avec Simone Signoret.... il était temps, non ?
 Marion Cotillard à récolté depuis le début de l'année le Golden Globe, le BAFTA (récompense Britannique), le César et l'Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation d'Edith Piaf dans 'La Môme' et est donc passée du statut d'actrice à celui de superstar.
 Le fait que sa robe en écailles, soit disant "de poisson", ait fait couler beaucoup d'encre reste une petite goutte d'eau dans l'océan puisqu'elle est en passe de devenir aussi populaire de part et d'autre de l'atlantique, ce que très peu d'actrices ou d'acteurs français ont réussi.
 Qu'on aime ou qu'on n'aime pas Edith Piaf, ce film vaut vraiment le détour rien que pour la performance de Marion Cotillard et sa troublante métamorphose. En effet, il est rare de voir des actrices abandonner leur image glamour et leur physique séduisant et gracieux pour se transformer en femme anéantie, brisée et vieillissante.
 Il est à penser qu'elle va encore faire parler d'elle puisqu'elle  partagera la prochaine affiche du film de Michael Mann (Ali, collatéral, le dernier des mohicans) avec ... Johnny Depp oui, oui notre Johnny Depp à nous ... un peu frenchy aussi d'ailleurs !
 Je lui souhaite de bien continuer dans sa lancée !
Sandrine Brasse
 
Tata Suzanne
tata suzannePour moi, la femme de l'année c'est indéniablement la « Tata Suzanne » du duo Omar & Fred. Ce personnage exceptionnel de vitalité incarné par Fred me fait hurler de rire. Rien que pour cela, elle mérite le titre de Femme de l'année !
Avec ses vestes de tweed Chanel et ses lunettes mouches, elle est totalement trash et décoiffante (même si elle n'a pas de cheveux en fait...). Tata Suzanne téléphone souvent à son neveu au « SAV des émissions » (« Bonjour mon chéri, c'est tata Suzaaaaaaaaanne !!!! ») pour lui raconter ses exploits éthyliques et amoureux. Car Tata Suzanne, sous ses aspects de bourgeoise coincée, est avide de nouvelles expériences : elle sort en boite, se pochtronne, se fait plein de nouveaux amis et a une vie assez sexuelle débridée (« tu dis rien à tonton hein ! »...). Bref j'aimerais que Tata Suzanne soit un peu ma Tata à moi et qu'elle me prépare des tartes le dimanche.
Karin Danjaume
 
Mélanie Delloye-Betancourt
Mélanie BettancourtElle a 22 ans, elle n'est donc encore qu'une toute jeune femme et pourtant, aujourd'hui, il n'y a pas de femme publique que j'admire plus dans son combat. Elle s'appelle Mélanie Delloye-Betancourt et elle n'avait que 16 ans quand sa mère, Ingrid Betancourt, a été enlevée le 23 février 2002. Mélanie est devenue grande, très grande, depuis ce jour-là.
Il faut dire que sa mère les avait préparés, elle et son frère Lorenzo, à cette tragique éventualité. Cela fait maintenant six ans que Mélanie Delloye-Betancourt lutte contre l'indifférence, l'oubli et le silence en prenant la parole, en accordant des tas d'interviews et en rencontrant les plus grands chefs politiques à travers le monde. Le tout avec un calme résolu et une volonté toujours sereine. Le tout pour une seule et unique chose, sauver celle qu'elle ne cesse d'appeler "Maman". Et de sa maman justement, elle n'a pas que les cheveux bruns, les yeux marron et la force tranquille, elle a aussi la foi et la détermination. Ça n'est rien, vraiment rien, de dire que le courage inébranlable et l'espoir éternel de cette jeune fille forcent profondément, parfois jusqu'aux larmes, mon admiration.
Amélie Ermenault 
 
 
Aïssa Maïga 
Aissa maigaJe ne me cacherai pas. Oui, j'ai décidé de parler de l'actrice Aïssa Maïga parce qu'elle est l'une des rares actrices noires à réussir à se faire un nom dans le cinéma français. Dans cette mise en avant communautaire, j'aurais pu parler de Rama Yade, sublime femme noire du monde politique, mais j'ai plus été tentée par le glamour de la belle Aïssa Maïga. Alors oui, hourra ! Aïssa Maïga est noire et elle joue dans de grandes productions françaises. Mais ne la cantonnons pas à cela seulement. Aïssa Maïga est belle, elle a un regard pétillant, Aïssa Maïga est une vraie comédienne. Et surtout, avec ses formes voluptueuses assumées, elle incarne bien la femme d'aujourd'hui.
Aïssa Maïga en quelques mots, c'est une jeune femme de 28 ans, née à Dakar, au Sénagal. Aïssa Maïga en quelques films, c'est Kassia, la petite amie de Romain Duris dans Les Poupées russes, c'est Léa dans Je vais bien ne t'en fais pas, c'est Melé dans Bamako, c'est Tina dans L'Age d'homme... maintenant ou jamais, encore aux côtés de Romain Duris. Enfin, Aïssa Maïga, c'est bientôt Nadine dans Black & white, et Maïmouna dans Il faut quitter Bamako, film dont elle est la réalisatrice. Bref, Aïssa Maïga, c'est la nouvelle star, la femme qui fonce, la femme qui se lance et qui réussit. 
Aurore Dubois-Séac'h 
 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Samia, le 06/03/2008 à 10h11 : Merci pour vos bons choix ! Parce qu'il y a trop de femmes qu'ils ne faut pas oublier, et d'autres qui doivent être encouragéés ! Bonne journée à toutes les femmes du monde !


de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience