Les Sirènes de Bagdad, de Yasmina Khadra

Article par Benjamin SARAGAGLIA , le 05/09/2006 à 19h30 , modifié le 26/02/2008 à 22h19 0 commentaire

Le héros
Le narrateur vient d'un petit village isolé dans le désert. Jeune et déjà passéiste, il va se laisser mener par les horreurs de la guerre vers un islamisme radical.


L'intrigue
Le parcours de ce jeune homme, traversant le désert, errant de Beyrouth à Bagdad, rencontrant des intégristes, des philosophes, des modérés, des déçus, sert de support à la réflexion de l'auteur sur le dialogue de sourds opposant l'Orient et l'Occident.

Le décor
Cette peinture du Moyen-Orient n'est pas faite pour l'enjoliver, ni le travestir. Tandis que Beyrouth incarne l'hypocrisie, avec ses jeunes faisant semblant d'ignorer les conflits, Bagdad est la scène d'une guerre civile féroce qui la détruit chaque jour un peu plus.

Le style
Très humain, ce roman invite à comprendre tous ses protagonistes, même si leurs opinions s'avèrent très loin des vôtres. Pour cela, le narrateur livrent non seulement ses pensées, mais passe aussi du temps à décrire l'histoire de ceux qu'il rencontre.

Trois adjectifs pour qualifier ce livre
Historique, poignant, humaniste.

Pourquoi vous aimerez
Pour le nouveau regard qu'il offre sur une région que l'on connaît essentiellement par le 20 heures.

L'auteur
Officier algérien à la retraite, Yasmina Khadra (de son vrai nom Mohammed Moulessehoul) signe ici le troisième volet de sa trilogie sur les conflits au Moyen-Orient (les deux précédents étant "L'Attentat" et "Hirondelles de Kaboul").

Les Sirènes de Bagdad, Yasmina Khadra, Juillard, 19 €

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience