Prix Goncourt et Grand Prix du Roman de l'Académie française : Jonathan Littell, pour Les Bienveillantes

Article par Benjamin SARAGAGLIA , le 07/11/2006 à 17h16 , modifié le 26/02/2008 à 17h46 0 commentaire

Le roman
Pour nous faire traverser les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, Jonathan Littell prend le parti, osé, de placer son narrateur du côté des bourreaux. Le SS Maximilien Aue amène ainsi le lecteur à s'interroger sur la banalité du mal.

L'auteur
Issu d'une famille juive polonaise arrivée aux Etats-Unis à la fin du XIXe siècle, Jonathan Littell a vécu une enfance hantée par la seconde guerre mondiale. Très vite engagé dans l'ONG Action contre la faim, il passera sept ans dans les Balkans, en Tchétchénie, en Afghanistan et en Afrique.
"Les Bienveillantes", écrit en Français (Jonathan Littel a passé son bac à Paris), est son premier roman.

Le Prix Goncourt
Remis pour la première fois en 1903, il a pour but de récompenser chaque année "le meilleur ouvrage d'imagination en prose, paru dans l'année". Les derniers lauréats de ce prix prestigieux ont été François Weyergans, pour Trois jours chez ma mère, Laurent Gaudé, pour Le Soleil des Scorta et Jacques-Pierre Amette, pour La Maîtresse de Brecht.

Le Grand Prix du Roman de l'Académie française
L'Académie française décerne dix-neuf prix, dont les deux plus connus sont le Grand Prix de Littérature (remis tous les deux ans, et pas en 2006) et celui-ci, destiné aux jeunes auteurs. Les derniers lauréats ont été Henriette Jelinek, pour "Le Destin de Iouri Voronine", Bernard Du Boucheron, pour "Court serpent" et Jean-Noël Pancrazi, pour "Tout est passé si vite".

Les Bienveillantes, Jonathan Littell, Gallimard, 25 euros

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience