Éric Reinhardt explore les dérives du monde globalisé dans "Cendrillon"

Article par Laure PATRY , le 06/08/2007 à 17h10 , modifié le 21/02/2008 à 21h25 0 commentaire

Après son réquisitoire contre les classes moyennes dans Le Moral des ménages (2002) et dressé le portrait féroce d'un misanthrope dans Existence (2004), Éric Reinhardt s'attaque aux dérives du capitalisme moderne et de la mondialisation à travers le destin de trois personnages.
Le premier, Laurent Dahl, décide de fuir. Après avoir perdu des milliards de dollars dans sa société d'investissements, il abandonne femme et enfants. De son côté, Patrick Neftel s'apprête à commettre l'irréparable. L'homme désemparé cherche à exister par tous les moyens. Armé jusqu'aux dents, il se dirige vers un studio de télévision. Le dernier, Thierry Trockel, se rend dans un manoir près de Munich avec son épouse pour retrouver un couple rencontré sur la Toile.
Dans la lignée du Moral des ménages, Eric Reinhardt fustige les classes moyennes et révèle les travers de cette société agonisante où se côtoient les laissés pour compte, la bourgeoisie intellectuelle de gauche, les traders bourrés de cocaïne, les jeunes gens avides ou encore les adolescents rageurs.
Dans ce roman précis et documenté, l'auteur exalte les passions et l'émotion à travers des personnages attachants en quête de bonheur.
 
Éric Reinhardt, Cendrillon
Sortie : le 22 août
Editions Stock
24 euros
TOUT SAVOIR SUR
BlocInscriptionNewsletter_papieredito
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience