• Loisirs
  • Livres & Musique

La Baba-Yaga, polar réussi d'Elisa Vix

Article par Benjamin SARAGAGLIA , le 21/07/2006 à 16h19 , modifié le 21/07/2006 à 16h30 0 commentaire

Toute nouvelle dans le monde du polar, Elisa Vix signe un roman réussi, déjà nommé aux prix "Polar" de Cognac 2006 et "Intramuros" 2006.

Connaissez-vous Elisa Vix ? Il y a de grandes chances que vous nous répondiez non... Car la jeune écrivaine, vétérinaire dans le civil, débarque tout juste dans le monde de l'édition. Avec ce polar bien ficelé. Mais elle devrait rapidement y imposer son héros, le lieutenant Thierry Sauvage. Aussi désabusé que le commissaire Adamsberg de Fred Vargas, le génie en moins... Ce n'est pas un mauvais flic, certes, mais il est paresseux, porté sur la boisson et égoïste. Ajoutez à ça qu'il n'est ni carriériste, ni méticuleux, et vous comprendrez pourquoi il est si peu attaché à ses enquêtes. Après cette description peu élogieuse, vous serez étonné d'apprendre que Sauvage mène toujours à bien ses recherches. Par habitude, d'accord, mais avec une certaine efficacité. Car tel est le talent d'Elisa Vix : réussir à faire évoluer son histoire malgré des personnages complexes, difficiles à cerner, et bassement humains.

Cette première aventure du lieutenant (il devrait y en avoir d'autres... souhaitons-le en tout cas) démarre avec la découverte du corps de Tania Verneuil, assassinée dans les bois de Coucy (tiens, un autre bon point pour ce roman : la description doucereuse et mélancolique de la Picardie). Fabuleusement belle, cette jeune Russe, venue en France par mariage arrangé, passe régulièrement, et selon les points de vue des témoins, du statut de victime innocente à celui de sorcière vénale... Encore un personnage ambigu !

Et, pour trouver le coupable de ce meurtre, le lieutenant Sauvage va devoir, entre autres, se frotter à un directeur de clinique malhonnête, grand ponte de la gynécologie et notable de la région, à un vieil écrivain talentueux et méconnu, à des agents de la paix bourrus et à un chirurgien serbe, playboy et possesseur d'un rat domestique. De quoi mélanger toutes les pistes et entretenir le suspense jusqu'à la dernière page.

Vous l'aurez compris : le premier roman d'Elisa Vix est une vraie réussite !

Baba Yaga, Editions Odin, 17,85 €

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience