Y.Goblet (TF1-PiliPili): "Le Couponing permet de redécouvrir les commerçants de proximité"

Article par Relaxnews , le 23/11/2007 à 00h00 , modifié le 06/07/2009 à 16h22 1 commentaire

Les villes de Rennes et Grenoble ont été choisies pour être les deux villes pilotes d'un magazine gratuit d'un nouveau genre, PiliPili.

Dans ce gratuit, les lecteurs trouvent des coupons "privilège" à valoir chez les commerçants de leur ville. Cette tendance du "couponing" s'apprête à envahir la France. Yves Goblet, président de PiliPili et directeur marketing du groupe TF1, explique cette nouvelle tendance et décrit son succès.


Relaxnews : Comment marche le couponing ?
Yves Goblet
: Dans PiliPili, les lecteurs disposent d'informations sous la forme de reportages photos sur leur ville et des informations "conso". A côté du rédactionnel, les commerçants disposent d'espaces publicitaires invitant les habitants à redécouvrir leurs boutiques. Pour y parvenir, ils offrent des privilèges sur leurs produits et mettent en place des offres commerciales spéciales en l'échange du coupon, baptisé "Pilis". J'aime dire que PiliPili permet un "réenchantement" de la pub. Ce n'est plus de la pub à proprement parlé mais plutôt une main tendue aux habitants pour les inciter à parcourir leur ville et à sortir de leur quotidien en prêtant une nouvelle attention aux commerces environnant. C'est un média qui accompagne les gens qui bougent.

R : D'où vient ce concept ?
Y.G. :
C'est un concept importé du Japon. Là-bas, ils appellent leur gratuit "Hot Pepper". Nous avons mis un an pour mettre en place le concept. Nous avons souhaité l'adapter pour les lecteurs français et soigner davantage son aspect.

R. : Quels sont les types de privilèges dont peuvent bénéficier les lecteurs ?
Y.G. :
Le journal est divisé en quatre parties : "sortir", "beauté", "mode", "loisirs". Dans chacune des rubriques, les lecteurs trouvent des réductions proposées par les commerçants de leur ville. Entre 150 et 200 sites commerciaux sont cités dans chaque numéro. Par exemple, les restaurateurs peuvent proposer une coupe de champagne gratuite plutôt qu'une réduction sur le prix du repas. L'échange en devient ainsi plus gratifiant.

R. : Quels privilèges séduisent le plus les lecteurs ?
Y.G. :
Les rubriques "Sortir" et "Loisirs" sont celles qui fonctionnent le mieux. Cela s'explique par le fait qu'elles s'adressent aux deux sexes. Les rubriques "mode" et "beauté" sont plus appréciées des femmes. Ces quelques mois d'expériences sont plutôt réussis.

R. : Pourquoi le choix de Rennes et Grenoble comme ville-pilote et envisagez-vous d'étendre le concept au reste de la France ?
Y.G.
: Nous avions besoin de tester le concept sur des villes de taille moyenne, Rennes et Grenoble se sont imposées. Ces villes pilotes nous ont permis de vérifier si le format fonctionnait tel quel, et il semble que oui. Nous comptons déployer PiliPili sur 25 villes d'ici 18 mois. Au premier semestre 2008, quatre grandes villes françaises, en dehors de Paris, devraient accueillir le gratuit.

TOUT SAVOIR SUR
BlocInscriptionNewsletter_papieredito
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis

  • Thierry Dupechez, le 18/06/2009 à 18h08 : Cette approche du commerce de proximité semble très interessante, mais à quelle fréquence ces supports seront-ils renouvelés, où seront-ils disponibles. On peut penser qu'une des limites possibles sera de maintenir l'intérêt des lecteurs par un renouvellement suffisant des différents contenus.


de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience