"Si j'étais toi", le nouveau film de Vincent Perez

Article par Propos recueillis par Karin DANJAUME , le 05/10/2007 à 15h05 , modifié le 05/06/2008 à 16h05 0 commentaire

L'acteur français réalise son deuxième film, un drame psychologique, avec David Duchovny et Lili Taylor. Rencontre.

Comment en êtes-vous venu à réaliser Si j'étais toi (The secret) ?
Par l'intermédiaire de Luc Besson qui est tombé amoureux de ce film au Japon. Il en a acheté les droits, l'a fait adapter et a situé l'intrigue dans le Massachussets aux Etats-Unis. Il m'en a ensuite confié la réalisation car il avait déjà produit mon premier film.
 
Le scénario vous a-t-il séduit d'emblée ?
Oui, en le lisant j'ai découvert une histoire très originale qui permettait d'explorer le monde de l'adolescence par un autre biais : le rapport entre une jeune fille et ses parents dans un milieu très bourgeois avec tous les tabous que cela comporte.
Le rôle de cette jeune fille était essentiel. Il fallait trouver la perle rare, une actrice jeune capable de jouer ce rôle-là (en réalité deux rôles NDLR). J'ai fait des essais à New York et à Los Angeles, j'ai vu beaucoup de monde. Et j'ai su qu'il n'y en avait qu'une qui pouvait le faire : Olivia (Thirlby, l'actrice qui interprète Sam). D'ailleurs, lorsque je suis revenu avec les essais, j'étais tellement excité par cette rencontre que j'avais pris la décision secrète de ne pas faire le film si Luc ne partageait pas mon avis. Il se trouve qu'il a immédiatement vu le potentiel d'Olivia, on était sur la même longueur d'onde.
 
Pouvez-vous nous dire quelques mots de David Duchovny et Lili Taylor qui jouent le rôle des parents dans le film ?
David Duchovny était très enthousiaste par le scénario. Il y voyait la possibilité de jouer un personnage qui l'éloignait de celui de X Files. Cela me plaisait car j'ai moi aussi souffert des étiquettes dans ma carrière. Les gens ne vous voient que dans un registre, alors qu'un bon acteur est capable de jouer des choses différentes. Suite à ma rencontre avec lui, j'ai été séduit. Pour moi, il incarnait le père et le mari idéal d'un milieu "middle classe" américain.
Et Lili Taylor... je suis un grand admirateur depuis longtemps ! C'est une immense actrice du cinéma indépendant américain.
 
C'était une évidence que l'intrigue de ce film soit située aux Etats-Unis ? Cela n'aurait pas pu être en France ?
Je pense qu'il y a moins de tabous en France. Aux Etats-Unis, il y a des frontières précises, qu'on peut franchir ou pas, dans quasi tous les domaines. L'idée majeure du film c'est "si j'étais toi, qu'est ce que je découvrirais ?". La dramaturgie avait une résonance plus forte en étant située là-bas.
 
Vous avez réussi un portrait de la jeunesse américaine très fort...
C'était une des choses qui m'excitaient le plus dans cette histoire. Explorer ce monde, la pression sociale que les adolescents vivent, cette période charnière où l'on pense que tout doit se passer maintenant, que l'on prend les bonnes et les mauvaises décisions pour toute sa vie, que l'on doit s'accomplir vite comme une sorte d'urgence...
 
C'est un film assez fort émotionnellement. Y'a-t-il eu une scène plus difficile que les autres à tourner ?
Oui, la scène de l'hôpital, du transfert (de personnalité entre la mère et la fille NDLR). C'était très compliqué à tourner - un vrai challenge - car il se passe tellement de choses en peu de temps. Cela a vraiment été une scène difficile pour tout le monde : les acteurs, le metteur en scène et l'équipe.

Cliquez et découvrez le mini site consacré au film Si j'étais toi.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

VOS RÉACTIONS

Vous devez écrire un avis



de Plurielles
SUR LE
    Plus de discussions sur le Plurielles.fr »
    logAudience