• Beauté
  • Soins

Les françaises ont une obsession pour leurs cheveux, et les autres ?

Article par Lorelei BOQUET-VAUTOR , le 01/07/2013 à 17h18 , modifié le 01/07/2013 à 18h15 0 commentaire

Une initiative française s'est intéressée au rapport qu'entretiennent les femmes avec leur propre corps, dans trois pays. Zoom sur les résultats pour comprendre là où se cachent nos complexes.

Une étude menée par le département Ifop Beauty de l'Institut Français d'Opinion Publique (IFOP), dont les recherches sont à la croisée des expertises luxe, santé et grande consommation, s'est intéressée au rapport que les femmes entretiennent avec leur corps. L'objectif principal était ici d'offrir aux marques-annonceurs des angles pilotes pour développer leurs futures stratégies.
L'étude a été menée auprès de 8000 femmes françaises, chinoises et russes pour obtenir un panel représentatif entre les marchés matures et émergents. Elle a contribué à déterminer la partie du corps la plus importante à leurs yeux, celle dont elles sont le moins satisfaites et enfin celle pour laquelle elles seraient prêtes à dépenser plus.
 
Pour 60% des femmes interrogées, le visage constitue la principale de leurs préoccupations. Un enjeu d'autant plus important pour les femmes chinoises, qui affirment à plus de 25% qu'elles seraient prêtes à dépenser davantage que ce qu'elles font déjà. Ce résultat explique d'ailleurs la forte augmentation des interventions esthétiques dans le pays, notamment au niveau des yeux.
Pour de nombreuses femmes en France et en Russie, ce sont les cheveux qui posent problème. 42% des françaises et 35% des russes, les présentent même comme un enjeu prioritaire. Parmi elles, respectivement 10 et 25% des femmes se disent totalement insatisfaites de leur chevelure et seraient prêtes à investir plus pour parvenir à un meilleur résultat.
Autre résultat intéressant, les femmes sont très concentrées sur l'allure de leur sein et de leur ventre, quel que soit le pays interrogé. L'étude révèle en effet qu'une femme sur 2 se déclare prête à dépenser davantage qu'elle ne le fait aujourd'hui pour son ventre, et près de 4 femmes sur 10 pour leurs seins. Les femmes chinoises sont particulièrement sensibles à cette dernière partie du corps, jugée importante par 40% d'entre elles et insatisfaisant par près de 30%. Cela peut certainement s'expliquer par les moyennes de tour de poitrine, plus faibles en Chine qu'en Russie et en France. Dans ces deux pays, les interventions chirurgicales sur les seins sont aussi plus communes qu'elles ne le sont en Chine.
 
Si les constats de cette étude vont pouvoir guider le monde des cosmétiques dans l'établissement de leurs futures recherches et développements de produits, elle est également intéressante d'un point de vue anthropologique. Elle permet en effet de constater que le rapport au corps est globalement le même en France et en Russie, du fait de normes de beauté occidentales communes. Mais les femmes russes sont globalement plus exigeantes, se trouvant plus de défauts que dans les autres pays et étant prêtes à dépenser plus pour dépasser leurs complexes.
En Chine, les différences physiologiques restent un facteur important à prendre en compte. Elles sont à la source d'un certain nombre de préoccupations chinoises.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

de Beauté
logAudience