Le hammam en hiver, version luxe

Article par Karima Peyronie , le 14/12/2009 à 10h34 , modifié le 14/12/2009 à 11h02 0 commentaire

Le hammam O'kari s'adresse aux femmes qui allient détente avec une certaine conception du luxe. Ici rien d'ostentatoire, juste le raffinement de se sentir privilégiée dans ce lieu qu'on apprivoise comme une galerie d'art.

On ne vient pas ici par hasard mais bien dans une quête de calme et de volupté. D'ailleurs il faut prendre rendez-vous pour que le sésame du bien-être s'ouvre. On est loin des traditions populaires où le melting pot social est de mise. Karima Lasfar, la maitresse des lieux, explique cette particularité dans la prise en charge personnelle de chaque cliente.
 
Me, Myself and I

On vient ici les mains dans les poches, on ne s'encombre pas d'une trousse de toilette ou d'un sèche-cheveux, tout est prêté. L'art de vivre oriental se décline à travers les pièces uniques qui décorent les salles : cruches d'antan, vase calligraphié, tasse de bain du 19e siècle, exposition de photographes algériens.

C'est d'abord le plaisir des yeux qui éveille nos sens. Ensuite, comme prévu, une jeune fille reste à notre entière disposition nous suivant pour nous montrer la marche à suivre : une détente pour préparer la peau dans la salle chaude à 45°, la pause du savon noir, une baignade dans une piscine-jacuzzi digne des plus grands spas, un gommage sur les tables hautes marbrées et enfin un massage exquis aux huiles essentielles dans une salle à part.

Le hammam devient alors sacré, on ne parle pas, on chuchote à l'écoute de son corps, de ses sens, de sa quête intérieure pour décompresser. On retrouve l'aura des civilisations arabes, les vestiges de l'esthétisme oriental, la préciosité des traditions dans son raffinement. On s'imagine alors cette princesse des Mille et Une Nuits dans son palais intime à l'abri des assaillants polluants, au cœur de la capitale. Allez, on se laisse aller à quelques pâtisseries moelleuses autour du bar, et on ne culpabilise pas d'avoir atteint l'éden épicurien...c'est tout simplement ça la volupté !
 
Le + : la décoration
Le - : le côté trop privé ce qui en fait un lieu vide
 
Où ? O'KARI
22 rue Dussoubs
75002 Paris
Combien ? 150 € le forfait de deux heures

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

de Beauté
logAudience