• Beauté
  • Soins

La cosméto bio sur la toile : tendance ou business ?

Article par Murielle GIORDAN , le 16/04/2009 à 17h50 , modifié le 16/04/2009 à 18h10 0 commentaire

La bio-tiful attitude est dans l'air du temps. On la voit partout ! Dans les pubs, les magazines... Mais surtout sur la toile où fleurissent les sites qui sont passés au vert. Simple effet de mode ou business ? Décryptage.

Si la green attitude a aujourd'hui le vent en poupe, il faut rappeler que ça n'a pas été toujours le cas. Jusqu'à ce que les débats sur le bio nourrissent nos conversations, le thème était plutôt perçu comme utopiste, un peu comme s'il caractérisait une jeunesse post hippie, un brin allumée, activiste de Greenpeace. Les choses ont bien changé et la toile, toujours aussi réactive, s'est aussitôt emparée du thème. Très vite, les gammes labellisées bio se sont développées et n'attirent plus seulement un public de connaisseurs.
 
Des débuts timides
 
La cosméto bio n'a pas toujours été présente en grandes surfaces. Elle l'est d'abord dans des boutiques spécialisées, en pharmacies, mais surtout sur la toile.
Peu à peu, alors que les femmes sont de plus en plus conscientes du danger que peuvent représenter certains produits de beauté traditionnels, quelques marques confidentielles se développent et proposent leurs gammes 100 % bio. On les appelle les marques de niche, de petites structures qui misent avant tout sur l'aspect créatif et dont les noms circulent rapidement sur Internet. Parmi les précurseurs et les plus célèbres : Doux Me, Couleur Caramel, Weleda ou encore Docteur Haushka. Leur objectif : proposer des produits éthiques et chics et faire la guerre aux parabens, silicones, et autres conservateurs réputés nocifs. Hormis quelques points de vente, essentiellement situés dans les grandes villes, seul internet permet vraiment de se procurer facilement ces produits.
 
Le boom du bio sur Internet  
 
Le web a largement contribué à la médiatisation des marques bio et devant l'explosion du comportement écolo, les sites dédiés à la vente se sont multipliés : mademoiselle-bio.com, biotissime.fr, cosmaterra.fr, femininbio.com... Des sites qui proposent de plus en plus d'acheter en ligne,  publient des bancs d'essais, informent des dernières nouveautés et innovations... Et ça marche ! Côté prix, malgré les idées reçues, ils restent attractifs. Les cosmétiques bio ne coûtent pas forcément plus cher, ce qui permet à un large public de s'y intéresser et d'acheter une crème de jour moyennant  10 à 20 €.

De la tendance au business ?
 
Preuve que le marché des cosmétiques bio est devenu florissant,  les grandes marques s'y sont mises !  Yves Rocher et Carrefour proposent leur gamme 100% bio, L'Oréal a racheté Sanoflore, Clarins a investi avec Kibio et a développé une ligne de cosmétique naturelle biologique. Signe que la tendance se transforme peu à peu en business ? Selon Sophie M., blogueuse et journaliste passionnée par le bio, "ces marques se doivent de suivre la mode et de proposer des produits rentables. Il fallait attendre que le phénomène s'inscrive dans la durée avant de se lancer dans le bio." Peu à peu, les cosmétiques bio sortent des circuits spécialisés (pharmacies, boutiques spécialisées, internet), même si la toile garde l'avantage.  "Avant, les sites de vente de cosmétiques bio étaient peu nombreux, ils étaient engagés au départ. Aujourd'hui, flairant peut-être le bon filon, ils se multiplient, proposent en plus de la vente en ligne des sujets sur le bio, parfois peu approfondis et survolés », explique Sophie M. "C'est le risque quand une thématique de ce genre est dans l'air du temps. Certains professionnels du marketing peuvent aussi jouer sur la crainte des consommateurs à utiliser des produits chimiques et réputés dangereux." Reste à savoir distinguer le faux du vrai.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

de Beauté
logAudience