Dîners du maquillage : "On nous vend des produits mais pas le mode d'emploi"

Article par Caroline Rabourdin , le 09/03/2010 à 15h55 , modifié le 09/03/2010 à 16h05 0 commentaire

Céline de Beaucaron a ouvert il y a un an son studio beauté bien-être, Lez'arts corporels à Boulogne-Billancourt. En décembre dernier, elle a décidé de lancer les Dîners du maquillage. Interview.

Comment vous est-venue l'idée de lancer les Dîners du maquillage ?
Je voulais transmettre ma passion du maquillage au grand public. Je me suis dit qu'il fallait créer quelque chose dans un endroit ludique et convivial, qui reprenne l'idée d'une soirée entre copines. Le maquillage peut être accessible à tout le monde dès lors qu'on a les bonnes techniques et les bons outils. Et puis, je souhaitais différencier ces dîners de toutes les soirées qu'on voit dans les boîtes de nuit où des cours de maquillage sont proposés.
Dans les magazines féminins, on voit beaucoup le smoky eye. Mais celui-ci ne convient pas à certaines formes d'yeux. De plus, dans les parfumeries ou les supermarchés, on nous vend des produits mais pas le mode d'emploi qui va avec. Cela a créé une forte demande des femmes pour apprendre à se maquiller elles-mêmes.

A qui s'adressent-ils ?
Les Dîners du maquillage s'adressent aussi bien aux jeunes femmes de 20 ans qu'aux personnes de 50 ans et touchent toutes les catégories socioprofessionnelles. Je donne des cours d'auto-maquillage via une marque de coffrets-cadeaux. Après chaque leçon personnalisée, j'envoie des mails aux participantes pour les tenir au courant de mon actualité. C'est comme ça que certaines ont été averties des Dîners du maquillage.

Qui décide du maquillage : vous ou la participante ?
Je conseille et les participantes disposent. Je me base sur la couleur de leurs yeux et leur tenue, et puis je prends en compte que nous sommes en soirée. Je décide du maquillage même si il y a toujours un dialogue avec la jeune femme en face de moi. Comme le thème tourne autour du regard pour cette édition, je fais plutôt un maquillage des yeux de soirée. Je regarde la participante et lui dis comment je la verrais maquillée, ce qui pourrait lui convenir. J'adapte le make up en fonction de sa personnalité. Et puis, il faut que ce soit quelque chose qu'elle ne se serait pas permise avant.

Comment se déroulent les Dîners du maquillage ?
Lorsqu'une femme s'inscrit, elle reçoit une heure de rendez-vous. Quand c'est son tour, on va la chercher à sa table, on fait une photo d'elle puis elle se fait maquiller. Ensuite, il y a une deuxième séance photo et on lui remet des cadeaux de notre partenaire. Cette fois-ci, le partenaire beauté est Sephora. Dans les cadeaux, on retrouve un mascara allongeant, une base lissante et un accroche-sac.
Pour cette édition, le Tsé a organisé un menu spécial make-up qui comprend la formule apéritif ou la formule repas, le maquillage, les cadeaux et la séance photo avant/après. C'est un package. La participante s'inscrit à un tout. Elle ne peut pas uniquement se faire maquiller par exemple.

Comment envisagez-vous le futur ?
La première édition des Dîners du maquillage a regroupé 20 personnes, aujourd'hui 13 participantes se sont inscrites. Parmi les prochains thèmes, on verra comment avoir une bouche pulpeuse, comment corriger ses yeux... En effet, chaque mois, on fait un focus beauté sur un élément en particulier. La décoration change aussi en fonction des cadeaux, du lieu et de la thématique. Et puis, j'envisage d'autres partenariats pour ces Dîners du maquillage notamment avec l'univers de la mode.
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

de Beauté
logAudience