• Beauté
  • Maquillage

Il maquille les actrices à Cannes : anecdotes et secrets

Article par , le 24/05/2012 à 12h15 , modifié le 24/05/2012 à 16h06 3 commentaires

Rencontre avec le make-up artist de l'Oreal - partenaire officiel du festival de Cannes - qui chouchoute les stars avant la montée des marches...

TF1News : Vous êtes le maquilleur des égéries L'Oréal à Cannes. En quoi le maquillage "tapis rouge" est-il spécial ?
Karim Rahman : Le maquillage "tapis rouge" doit être parfait sous tous les angles. Il y a des photographes et des caméramen partout, il ne doit pas y avoir un seul petit défaut. Ensuite, les brillants sont à maîtriser. Les personnalités sont extrêmement éclairées, il y a beaucoup de projecteurs, il faut donc faire attention à ce que ça ne brille pas. Je matifie beaucoup les peaux et entre le moment où je les maquille et celui où elles sont sur le tapis rouge, le mat s'estompe naturellement, la peau devient lumineuse... sans briller. Ensuite, il faut savoir travailler dans le speed. Nous avons une demi-heure pour le maquillage grand maximum et bien souvent, la coiffure se fait en même temps. Mais c'est ça qui est grisant aussi, il faut se surpasser.

TF1News : Est-ce que les stars et actrices que vous maquillez ont des envies particulières ou bien vous laissent-elles carte blanche ?
Karim Rahman : C'est évidemment un peu des deux. Le reste de l'année, je fais pas mal de défilés et c'est très différent. Les mannequins sont presque des pages blanches sur lequel on applique le type de maquillage décidé par le couturier. A Cannes, ça n'a rien à voir. Les actrices ont leur propre image, des envies, des souhaits. C'est à moi d'être souple. Je dois les embellir, les mettre en valeur et non pas les cacher derrière un maquillage. Je maquille une égérie par jour. C'est une discussion entre elles et moi. Leïla Bekhti voulait jouer sur le regard. Je lui ai proposé un sourcil à la Marilyn Monroe mais en plus moderne et un regard dessiné à l'eye liner assez épais. Pour Tilda Swinton (qui joue dans Moonrise Kingdom de Wes Anderson, film d'ouverture), c'était complètement différent. Tilda ne se maquille jamais les yeux -elle a raison d'ailleurs-. Donc, j'ai surtout travaillé le teint, mis beaucoup de blushs et accentué les contours des lèvres.


TF1News : Y a-t-il une tendance maquillage cette année sur le tapis rouge ?
Karim Rahman : Oui, c'est l'or électrique (gamme de maquillage commercialisé par L'Oréal à l'occasion du festival de Cannes). Les couleurs sont très lumineuses, très années 80, disco. On joue sur l'interférence entre la couleur et la lumière et pour moi c'est très important car s'il n'y avait que la couleur, cela ferait très color block et ce n'est déjà plus à la mode.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

de Beauté
logAudience