Vrai/Faux sur les autobronzants

Article par , le 06/03/2012 à 17h27 , modifié le 09/03/2012 à 12h19 0 commentaire

Il ne vous aura sans doute pas échappé que le 21 mars... c'est le printemps ! Qui dit printemps dit petites jupes, t-shirts sans manche... et autobronzants !

Après plusieurs mois passés sous des gros pulls cocooning, emmitouflée dans des doudounes ou des bottes fourrées bien chaudes, notre peau a soif d'air, de lumière. Mais au premiers rayons de soleil, vous hésitez parfois à vous découvrir, la faute à cette vilaine mine qui nous donne des complexes. A défaut de vous offrir un aller-retour express à St Barth pour une semaine au soleil, la solution la plus efficace reste la case autobronzant...

Mais la faute à une réputation pas franchement flatteuse (les autobronzants, ça sent mauvais, ça donne des boutons, ça fragilise la peau, ça tâche les vêtements), vous hésitez peut-être encore à passer le cap. Plurielles.fr fait le point sur les vérités et les idées reçues sur les autobronzants...

Idée reçue N°1 : les autobronzants, ça pue ! VRAI et FAUX
Il y a quelques années, quand on utilisait un autobronzant, le verdict était sans appel : une odeur assez désagréable et persistante. La raison de cette odeur ? LA DHA qui donne cette jolie couleur camarel, mais qui au contact de la peau et de l'oxygène provoque cette odeur. Mais conscients du défaut de leurs produits, les labos proposent désormais des autobronzants sans odeur. Si si...

Idée reçue N°2 : les autobronzants protègent des rayons du soleil FAUX
UVA mais aussi UVB... deux ennemis pour notre peau. Que ce soit pour prévenir les cancers de la peau ou le vieillissement précoce de celle-ci, une protection solaire s'impose dès que vous vous exposez au soleil (à la plage, mais aussi à la montage et en ville si vous comptez profiter des terrasses ensoleillées). S'il colore la peau, l'autobronzant n'est qu'un maquillage... et ne dispense nullement d'une protection solaire (vous choisrez l'indice en fonction de votre carnation), crème solaire dont vous renouvellerez l'application généreuse toutes les 30 minutes environ.

Idée reçue N°3 : les autobronzants donnent une couleur "carotte" FAUX
Vous rêvez d'une mine naturellement hâlée, comme si vous aviez passé un week-end au grand air, mais pas de la mine carbonisée d'un acteur de série américaine ? Qu'à cela ne tienne ! Tout est question de dosage de DHA, la molécule qui pigmente la peau. Si il y a quelques années, les premiers autobronzants arrivés sur le marché étaient instables et trop souvent surdosés, les nouveaux produits tiennent compte des retours des consommatrices. Ainsi vous avez désormais le choix entre des produits hâle léger pour les blondes, hâle caramel pour les brunes, et pouvez aussi opter pour des produits à hâle progressif qui permettent de maîtriser votre bronzage !

Idée reçue N°4 : les autobronzants laissent des traces sur les vêtements FAUX
Que ce soit en gel, spray, ou crème, les autobronzants nouvelle génération sèchent beaucoup plus rapidement que leurs prédécesseurs, aussi pouvez-vous vous habiller 2 minutes après les avoir appliqué. Toutefois, si vous comptez mettre un t-shirt blanc, prévoyez de faire l'application de votre soin corps autobronzant la veille afin de prévenir tout accident !

Idée reçue N°5 : les autobronzants laissent des zébrures sur la peau FAUX
Si vous faites un gommage du corps avant d'appliquer votre soin visage ou corps autobronzant, et si vous veillez à passer partout, en insistant sur les genoux, les coudes... votre autobronzant ne laissera pas de traces. Pour les débutantes, préférez un autobronzant teinté qui permet de vérifier que vous n'avez oublié aucune parcelle du corps ! Et pour le visage, repassez autour des sourcils et des lèvres avec un coton tige afin d'enlever l'excédent de produit. 

Enfin dernier conseil, lavez-vous les mains avec du savon après avoir appliqué votre soin autobronzant !

 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

de Beauté
logAudience