• Beauté
  • Cheveux

Salon du chocolat - Fabien Provost : "il ne faut pas que le chocolat fonde"

Article par , le 30/10/2013 à 12h32 , modifié le 30/10/2013 à 12h42 0 commentaire

La soirée inaugurale du 19ème Salon du Chocolat s'est déroulée mardi soir, au Parc des Expositions. Une vingtaine de personnalités a défilé pour l'occasion. Fabien Provost, directeur artistique à l'origine des différentes coiffures aperçues lors du show, a répondre à nos questions.

Vous êtes-vous senti libre dans la réalisation des coiffures ?
On est relativement libre dans nos choix. Mais on est quand même obligé de s'adapter aux ornements qu'il faut mettre sur la tête. Cela nous conditionne dans la réalisation des coiffures. On questionne aussi énormément les VIP qu'on coiffe, car elles ont toutes des préférences. Certaines veulent leurs cheveux lâchés, d'autres détachés. On a donc certaines libertés mais on doit respecter les exigences des unes et des autres. Et puis, on s'adapte aussi à la robe. Si celle-ci est très présente, on va essayer d'effacer plus le cheveu. Au contraire, si la robe est plus discrète, on va mettre l'accent sur la coiffure, sur les accessoires. On essaye de mixer.

Quelle a été la plus grande difficulté dans la réalisation de ces coiffures ?
On n'a pas rencontré de grandes difficultés. Mais ce qu'on souhaitait, c'est faire en sorte que tout le monde soit prêt dans les temps, que les coiffures tiennent et que ça plaise. Et puis, même si on a fait toute les préparations en amont, nous n'avons pas pu mettre les robes et les ornements avant le défilé. Du coup, tout se fait à la dernière minute parce qu'il ne faut pas que le chocolat ne fonde pas. Mais ça va, on a une pièce qui est quand même bien climatisée (on atteste !).

Quelle est la coiffure dont vous êtes le plus fier ?

Pour l'instant, c'est dur de déterminer de laquelle je suis le plus fier. Car honnêtement, toutes les coiffures sont différentes, même s'il y a parfois quelques similitudes, elles sont toutes portées différemment. Mais, forcément, à la fin, sur l'ensemble, il y en aura forcément une ou deux que j'aurai préféré.

Quand avez-vous commencé à travailler sur les coiffures ?
On était présent depuis 15h, et on a réellement commencé à 16h. Il faut bien noter qu'on a fait tout un travail, avec l'équipe de dix coiffeurs ici présents, pour dispatcher le travail des uns et des autres, attribuer différentes tâches et être dans les temps. Mais on a quand même l'habitude de travailler dans l'urgence.
 
Fabien Provost dans les backstages du Salon du Chocolat devant les robes le 29 octobre 2013

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

de Beauté
logAudience