• Beauté
  • Cheveux

L'Oréal Professionnel lutte contre le Sida avec une campagne décalée

Article par Léa BORIE , le 01/12/2014 à 16h05 , modifié le 01/12/2014 à 16h10 0 commentaire

Quand un des plus grands du milieu de la Beauté se sert de son emprise pour combattre le SIDA. La Fondation L'Oréal marque à nouveau son engagement pour lutter contre cette maladie grave.

Ce lundi 1er décembre ne marque pas uniquement l'arrivée de l'hiver, du froid, et l'approche des fêtes de Noël. C'est aussi la Journée internationale de lutte contre le SIDA. Cette date a été choisie en 1988 par l'OMS (Organisation Mondiale de la santé). Alors qu'aujourd'hui plus de 41 millions de personnes sont séropositives et sidéennes, de nombreux organismes et sociétés s'engagent pour que l' "Objectif zéro: zéro nouvelle infection due au VIH, zéro discrimination, zéro décès lié au sida" soit atteint au fil du temps.


Côté beauté, une marque de poids a montré une fois encore sa mobilisation, L'Oréal Professionnel. Les coiffeurs de l'enseigne internationale ont cherché à combattre la banalisation qui entoure la maladie du SIDA, comme expliqué à travers un communiqué.


En partenariat avec l'UNESCO et avec Bob Sinclar, la Fondation L'Oréal lance cette année un site éphémère d'une durée de 24 heures, pendant tout le temps de la Journée. Intitulé "Hair S'extra", le site dévoile une gamme de produits capillaires bien particulière, où les accessoires de coiffure s'apparentent à des objets de plaisir, du "s'extra spray" au "s'extra comb" en passant par le "s'extra multi touch"... L'idée est de sensibiliser la population aux risques et à conséquences graves liés au VIH. Cette maladie cause la mort de millions de personnes dans le monde et entraîne d'importantes souffrances.


Avec ce coup médiatique, l'enseigne de beauté se sert de son influence pour attirer plus la jeunesse sur les dangers qu'ils encourent, en traitant d'un phénomène de société trop banalisé. Une cible réfléchie, puisque selon une étude Harris Interactive diffusée par la Smerep (une mutuelle étudiante), un tiers des étudiants n'utilise jamais de préservatif.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.

de Beauté
logAudience