Cinquante nuances de Grey sort en français : ça parle de quoi au juste ?

Article par Bénédicte Flye Sainte Marie , le 17/10/2012 à 05h01 , modifié le 17/10/2012 à 12h02 0 commentaire

Ça y est, le premier tome du best-seller érotique Fifty Shades of Grey de E.L. James, déjà lu par 40 millions de personnes dans le monde, arrive en France (le 17 octobre) ! Pour celles qui ne savent pas encore de quoi il s'agit, voici les ingrédients de l'engouement.

Un prince apparemment charmant (mais en fait pas du tout)

Fifty Shades of Grey (en français Cinquante nuances de Grey) n'a, comme son nom ne l'indique pas, rien à voir avec un quelconque guide-couleurs pour décorer sa maison. Non, cette série de romans qui excite tant de femmes -et de convoitises- raconte l'histoire d'Anastasia Steele, une jeune fille innocente et cérébrale de 21 ans qui n'a pas encore connu de première fois, faute d'avoir trouvé l'homme idéal. Quand elle voit en haut d'une tour Christian Grey, un richissime et sublime milliardaire de 27 ans qu'elle est venue interviewer, elle jette rapidement aux orties ses vœux de chasteté. Mais ce chevalier blanc de l'amour révèle rapidement sa vraie nature : violent, retors, il compte faire d'elle son esclave sexuelle. Et lui infliger ses châtiments, dans sa Red Room of Pain, en échange de ses cadeaux hors de prix.

 

Du sadomasochisme à la sauce light

Un scénario, mi-Harlequin mi-Marquis de Sade qui constitue l'attrait de Fifty Shades of Grey, avec des scènes suffisamment explicites et crues pour faire monter la température, à coup de séances de bondage, de flagellation, de fessées, d'usage de menottes et autres instruments de torture. Mais pas trop quand même pour lui conserver cet arrière-fond romantique qui fait qu'il peut attirer Madame et Mademoiselle tout le monde.

 

La création d'un nouveau genre, le « mummy porn » 

Car c'est la prouesse de cet ouvrage, pas franchement révolutionnaire au niveau littéraire        (voire carrément oubliable) : il s'adresse à un public qui était jusque-là peu chéri par les auteurs de récits érotiques : les mères de familles. Dixit l'auteur elle-même, Fifty Shades of Grey leur permet de concrétiser l'un de leurs fantasmes ultimes, celui de la soumission. « Aujourd'hui, c'est vous qui décidez dans votre vie professionnelle, à la maison, avec les enfants, c'est vous qui nourrissez votre famille, c'est à vous de tout gérer tout le temps, explique E.L. James. « C'est bien de laisser quelqu'un d'autre prendre le contrôle. » Et c'est peu dire que sa recette fonctionne, y compris chez les « mummies »-stars... Même Victoria Beckam, assez peu portée sur la confidence, a avoué en avoir fait son livre de chevet !        

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience