• Amour
  • Sexe

Yasmine, hardeuse : il faut savoir dire non !

Article par Cyril-Claire COURNOYER , le 02/02/2007 à 12h00 , modifié le 11/07/2007 à 17h06 0 commentaire

Cela fait seulement deux ans que Yasmine est entrée dans le monde du X. Pourtant, l'égérie des productions Marc Dorcel a vite su se faire une place de choix dans cet univers dont elle nous parle volontiers, en toute simplicité.

Comment êtes-vous arrivée dans l'univers du X ?
Je suis libertine et échangiste depuis quelques années, et avec mon petit ami nous avons répondu à une annonce qui cherchait des couples pour un film. Nous trouvions l'expérience d'être filmés très excitante. Nous avons postulé et ça a commencé comme ça.

Votre petit ami a-t-il suivi la même voie que vous ?
Non, c'est beaucoup plus difficile pour un homme dans ce milieu car il faut quasiment avoir une érection sur demande ! C'est pour cela qu'il y a bien plus de filles que d'hommes, ce qui crée parfois une compétition assez malsaine. Mais je n'en souffre pas, car pour moi chaque actrice a quelque chose d'intéressant à apporter.

Votre relation amoureuse a-t-elle souffert de votre nouvelle carrière ?
Non, pas du tout. J'aime mon petit ami, c'est tout à fait différent. Il est très fier de moi.

Et comment ont réagi votre famille et vos proches quand vous leur avez fait part de votre nouveau métier ?
Ma famille a coupé les ponts. Je suis d'origine marocaine et cela a été d'autant plus dur pour eux car ils habitent un petit village où tout se sait. Je ne crois pas que mes parents savent vraiment ce qu'est un film X mais mon père a vu des photos de moi nue et cela l'a beaucoup choqué. Mes frères sont au courant de ma véritable activité et ils ne me parlent plus depuis.

Et vos amis ?
Je préfère fréquenter mes vieilles relations car beaucoup de couples échangistes souhaitent me rencontrer. Mais ils connaissent l'actrice, pas la femme, ce qui est totalement différent ! Ils fantasment sur une image que je donne de moi, qui n'est pas celle que je suis en réalité.


Vous avez l'air totalement à l'aise pour parler de votre métier. C'est tout de même très particulier non ?
En fait, je trouve que le cinéma " traditionnel " n'est pas si différent que celui du X ! Nous jouons, il y a plein de techniciens autour de nous. C'est très bon enfant.

Quels sont les aspects qui vous plaisent le moins dans ce métier ?
L'attente ! Nous sommes souvent obligés d'attendre, parfois la journée entière avant de tourner. Comme ce sont des tournages assez rapides qui se font en banlieue, toute l'équipe part ensemble le matin, très tôt. Il suffit que nos scènes soient tournées en fin de journée pour ne rien faire durant plusieurs heures. Mais je pense que c'est un peu la même chose sur tous les tournages.

Avez-vous justement des projets de cinéma " traditionnel " ?
Oui, je pars tourner en Jordanie prochainement. Je tiendrai le second rôle d'un long métrage. J'ai hâte d'essayer ce nouveau genre, même si pour l'instant, le monde du X me plait beaucoup. Idéalement, j'aimerais tourner dans les deux styles.

Peu d'actrices de ce milieu ont réussi leur reconversion dans un cinéma plus conformiste. Cela vous fait-il peur ?
Non, je verrai. Cela fait juste deux ans que je tourne, j'ai de la chance car cela marche bien. Il faudra faire les bons choix au bon moment.

Que faisiez-vous avant d'être actrice ?
J'étais infirmière, j'ai donc déjà vécu un gros changement de carrière !

L'univers du X a eu une très mauvaise presse dernièrement. Plusieurs jeunes actrices se sont plaintes du manque de respect que l'industrie leur infligeait. Est-ce votre cas ?
Non, je pense qu'il faut simplement savoir dire non. J'ai commencé à tourner à 25 ans, j'avais déjà vécu une vraie sexualité avant. Mais des jeunes actrices sont très peu expérimentées, et se font par exemple sodomiser pour la première fois sur un plateau. C'est certain que ça peut être traumatisant. Mais personne ne force une hardeuse à faire quoi que ce soit sans son consentement. Les filles devraient davantage oser s'affirmer et il n'y aurait pas ce genre de problèmes.

A quoi occupez-vous vos temps libres ?
Comme je suis l'égérie des productions Marc Dorcel, je fais beaucoup de salons érotiques avec eux. Sinon, je collabore aussi au magazine FHM dans lequel je m'occupe de la rubrique Amours. Puis quand je ne tourne pas, je reste tranquille à la maison, et je prends bien soin de moi.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience