Toutes les questions taboues sur le vagin : je crois que j'ai une mycose !

Article par Clémence ORCEL , le 28/10/2009 à 20h05 , modifié le 29/10/2009 à 11h22 0 commentaire

Cette infection intime est très fréquente et pourtant taboue... Avoir une mycose, ce n'est pas une partie de plaisir ! Explications sur un champignon bien souvent bénin mais embarrassant...


Le premier responsable : un champignon de la famille des levures, appelé candida albicans. Il peut affecter n'importe quelle partie de l'organisme : bouche, peau, intestin, pharynx mais sa première cible est le vagin. Charmant...

Environ 25% des femmes porteraient ce champignon et parmi celles-ci, plus de la moitié contracterait une mycose au moins une fois dans leur vie. Vous faites partie de ces malchanceuses ? Rassurez-vous, vous êtes loin d'être un cas à part ! Raison de plus pour ne pas culpabiliser...

La contamination peut être externe (rapport sexuel ou objet infecté), mais elle est le plus souvent spontanée (en raison d'un déséquilibre naturel qui provoque l'infection). Dans ce cas-là, les éléments déclencheurs sont extrêmement nombreux : période menstruelle, grossesse, acidité vaginale, diabète, prise d'antibiotiques, agression par des savons acides, etc.

Les symptômes sont particulièrement désagréables et peuvent être très douloureux. Démangeaisons permanentes, pertes blanches épaisses et abondantes, brûlures vaginales pendant les mictions, rapports sexuels de plus en plus douloureux, etc. Un enfer !

La plupart du temps, les mycoses se soignent facilement. Deux traitements existent : d'abord, un traitement systémique avec la prise de capsules ou de comprimés qui détruisent le champignon. Autre option : le plus souvent, on opte pour un traitement local, grâce aux ovules vaginaux. Très efficaces, ils permettent souvent de faire disparaître le problème en quelques jours !

En cas de mycose, il est largement conseillé de stopper toute activité sexuelle pendant une dizaine de jours. Ne sautez pas trop rapidement le pas, vous risqueriez de devoir reprendre le traitement depuis le début ! Pareil pour votre partenaire, il devra lui aussi être traité s'il présente le moindre signe de contamination...
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience