• Amour
  • Sexe

La sodomie sans tabou

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 19/09/2006 à 11h54 , modifié le 16/11/2011 à 18h17 22 commentaires

La pénétration anale n'est pas réservée aux seuls homosexuels puisque, pour 30 % des hétérosexuels, cette pratique fait partie des jeux sexuels. Des femmes et des hommes ont accepté de nous confier leur expérience de la sodomie. Témoignages.

Laurène, 36 ans
"La première fois que j'ai essayé, je n'étais pas franchement enthousiaste, mais j'avais mes règles et on avait tellement envie de faire l'amour avec mon copain qu'on a opté pour cette solution. Je me souviens d'un moment pas désagréable, mais sans plus. Quelques années plus tard, j'ai rencontré quelqu'un sans aucun tabou, pour qui la sodomie faisait partie d'une sexualité épanouissante. Progressivement, j'ai fini par y prendre de plus en plus de plaisir et j'avoue que maintenant, je ne peux plus m'en passer. Cela met du piment dans la relation et les sensations sont vraiment plus qu'agréables. J'ai le sentiment que c'est un acte qui renforce l'intimité, il faut vraiment se faire confiance et s'aimer pour accepter la sodomie qui, d'après mon expérience, est le plus souvent demandée par les hommes."

Jean-Christophe, 33 ans 
"On dit de la sodomie qu'elle correspond à une manifestation du désir de pouvoir de l'homme sur la femme. C'est certainement vrai en partie. Quel homme n'a jamais rêvé de voir sa partenaire satisfaire ses moindres désirs, se transformer en esclave dont la seule mission serait de lui apporter l'extase de façon très égoïste ?
En ce qui me concerne, je vois surtout la variation de plaisir que cette pratique procure. C'est un plaisir différent de la pénétration vaginale, tout comme la fellation. Et puis, l'anus est aussi ce qui semble le plus accessible quand la femme prend la pose adaptée à une pratique fort prisée par les mâles : la levrette !
Mais je me verrais mal imposer cette pratique à ma partenaire si elle n'y consentait pas ou ne l'acceptait seulement pour me permettre d'assouvir mon besoin de puissance ! Mon excitation est intimement liée au plaisir qu'elle prend. Que l'arsenal de pratiques contienne la sodomie ou non, cela me semble peu important. Rien ne vaut la qualité du gémissement et du regard qui vous est porté pendant l'amour !"

François, 32 ans
" La sodomie est une pratique sexuelle que j'apprécie, parce que je la trouve excitante, stimulante, sensuelle, envoûtante. Ce n'est pas pour autant que je la pratique lors de chaque rapport amoureux. D'autant qu'il faut que ce soit une envie partagée, sinon pour moi il n'y a aucun plaisir. La sensation physique est intense et ça vient comme un couronnement. En effet, avant d'arriver à cette " position ", il faut mettre en condition le corps de l'autre, préparer le terrain si j'ose dire. Ca me donne un peu le sentiment de transgresser l'interdit et c'est ça aussi qui est excitant. Tout est lié à l'échange : l'échange de regard, et de plaisir. Et puis c'est comme tout, quand c'est bien fait, c'est agréable. "


Marine, 42 ans
" La première fois que j'ai pratiqué la sodomie mes sensations ont été mitigées, j'avais peur de la douleur. La deuxième fois c'est à sa demande et là ce fut plus sympa mais pas génial pour autant.
Quelques années plus tard avec un autre partenaire qui appréciait cet acte, j'ai connu de véritables sensations, ça n'avait rien à voir avec les premières fois. J'ai recommencé régulièrement avec cet homme, mais sans jamais me forcer. Parfois j'en avais très envie de tenter cette pratique sexuelle, d'autres non. Et si je sentais que ça n'allait pas être agréable, nous arrêtions.
C'est moi que l'ai suggéré à mon compagnon actuel. Je ne lui ai pas dit de vive voix mais je l'ai tout simplement guidé et montré que j'en avais envie. Il a été surpris mais pas choqué. Il était heureux de la confiance que je lui accordais en lui proposant de me sodomiser.
Il faut vraiment être bien ensemble, je ne le ferai jamais avec un amant de passage.
Ce n'est pas une pratique dont j'ai envie à chaque rapport, peut-être dans un rapport plus " sexe " si on peut dire. "

Frédérique, 31 ans
Il y a déjà quelques années une de mes amies m'avait dit qu'elle avait essayé et qu'elle appréciait beaucoup. Je ne devais pas passer à côté de cela et m'a suggéré de le faire au moins une fois. Ce que j'ai fait, mais ça ne m'a pas du tout plu, contrairement à mon ami de l'époque, oui . C'est étrange mais j'avais le sentiment que j'étais totalement soumise à mon partenaire et pourtant l'idée venait de moi. Avec mon mari nous avons abordé le sujet mais ni l'un ni l'autre n'en ressentons l'envie. "

Paul, 36 ans
" C'est un acte qui ne m'a jamais tenté. Je ne saurais pas dire exactement pourquoi. La personne avec qui je vis depuis longtemps ne m'en a jamais parlé et je ne pense pas que ça la brancherait. Notre sexualité n'en est pas moins épanouie sans cette pratique. "

Elise, 29 ans
" Je n'envisage même pas d'essayer un jour. Autant j'aime faire l'amour, autant cet acte me dégoûte. Je le juge presque à la limite de la perversion. J'espère que jamais aucun homme ne me demandera de me sodomiser. "

Ce qui fait fondre les hommes ?  Donnez votre avis sur le forum !
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience