• Amour
  • Sexe

Simulation : amie ou ennemie du couple ?

Article par Clémence ORCEL , le 02/04/2009 à 14h17 , modifié le 02/04/2009 à 14h19 4 commentaires

Lorsqu'une partie de jambes en l'air s'éternise, certaines préfèrent feindre l'extase et écourter la séance plutôt que de continuer à fixer le plafond. La simulation : un acte à pratiquer avec modération...

Elle fait partie de ces sujets tabous et pourtant elle n'est pas forcément nocive. La plupart des sexologues le disent : la simulation peut avoir des effets positifs et réveiller la fougue et les ardeurs de votre partenaire. Mais comme pour tout le reste, tout est une question de mesure. Simuler de temps en temps pour pimenter vos étreintes et stimuler votre compagnon ? Oui ! Simuler systématiquement pour donner l'illusion de prendre du plaisir et masquer un problème ? Non !
 
Protéger

La simulation n'a rien d'un acte égoïste. Si vous simulez, mesdames, c'est certes pour éviter d'avoir trop de courbatures le lendemain, mais c'est surtout pour satisfaire l'ego de votre cher et tendre. Vous voir jouir est une victoire pour lui, presque une délivrance. Les hommes passent leur vie à remettre en question leurs compétences sexuelles. "Ai-je perdu de ma vigueur avec les années ?", "Est-ce qu'elle se lasse de moi ?". En simulant votre plaisir lorsqu'il a du mal à venir, vous calmez ses doutes, entretenez son moral et du même coup, sa flamme.

Et puis après tout, cela ne vous coûte pas grand-chose. Quelques gémissements suffisent à donner l'illusion d'une libido épanouie. Non seulement vous lui faites plaisir, mais vous sauvez les apparences pour le bien-être de votre couple : votre entente sexuelle est au plus haut, votre complicité est parfaite. Vous préférez de loin cette option plutôt que d'affronter la réalité. Vous aimez votre homme, et peu importe si le sexe n'est plus ce qu'il était.
 
Renoncer ?

Le problème, c'est que vous agissez au détriment de votre épanouissement personnel, et à  force de simuler, la frustration vous guette. Votre partenaire n'ayant pas conscience de ses faiblesses, il ne va pas chercher à s'améliorer, à changer son approche, à s'adapter à vos envies pour que les frissons des débuts reviennent. Etes-vous vraiment prête à faire une croix sur le plaisir ? Vous y renoncez peut-être maintenant, mais dans dix ans ?
 
Réagir !

Finalement, si vous simulez, c'est aussi parce que quelque part, vous vous sentez responsable. Ce n'est pas entièrement sa faute si vous n'arrivez pas à trouver du plaisir ? Certes, mais culpabiliser ne fera qu'aggraver la situation et vous mettre en tête que vous êtes frigide ne vous mènera à rien. Votre quotidien, vos petits tracas, la fatigue, les hormones : ce sont eux les responsables. Plutôt que d'avoir honte et de vous cacher, donnez-vous une chance, tentez de trouver une solution.

Ce qui vous faisait grimper aux rideaux il y a quelques années ne vous procure plus aucune sensation ? Essayez autre chose ! Pourquoi vous limiter à quelques positions ?  Pimentez tout ça, découvrez de nouveaux jeux amoureux, insistez sur les préliminaires, testez des jeux de rôle. Le lit conjugal et le créneau horaire hebdomadaire du dimanche soir de 22h45 à 23h15, on oublie ! Faites-le n'importe où et n'importe quand. Le mot d'ordre : innovez !
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience