• Amour
  • Sexe
Dossier :Maisons closes : un débat sans fin ?

Comme un vieux serpent de mer, le débat sur les maisons closes refait surface. Fermés depuis 1947, ces établissements qui ont traversé l'histoire, refont parler d'eux... A la question : faut-il ou pas les rouvrir ? Les réponses s'entrechoquent et révèlent un débat houleux.

Maisons closes et prostitution
A la question "faut-il rouvrir les maisons closes ?", les Français répondent "oui" à 59%.
C'est ce que  révèle un récent sondage réalisé par l'institut CSA pour le journal Le Parisien. Les hommes notamment sont très largement favorables à cette réouverture, à 70%, les femmes, un peu moins, à 49%.

Mais la principale nouveauté que révèle ce sondage c'est que les opposants à ces maisons du plaisir sont de moins en moins nombreux. Ils sont 10% contre 26% il y a sept ans. 
Mesure de protection des femmes pour les uns, régression pour les autres... Soixante-quatre ans après la fermeture des quelque 1 400 maisons closes existant en France après guerre, la question divise donc à nouveau l'opinion.


Concrètement...

La réouverture des maisons closes, qui mettrait fin à la prostitution en extérieur, est censée permettre aux péripatéticiennes de vendre leurs charmes dans des lieux exclusivement réservés, avec de meilleures conditions sanitaires pour elles et leurs clients.
Elle permettrait également de pouvoir cesser leur activité quand elles le désirent, de leur assurer à la fois une protection financière et juridique.
Enfin elle permettrait de lutter contre la traite et toutes autres violences qui se développent dans la clandestinité.


Les détracteurs


Pour certains détracteurs, cet ensemble d'arguments ont déjà fait la preuve de leur échec. En effet, ils dénoncent le fait que ces établissements aient été fermés après guerre, en grande partie justement en raison du manque de garantie sanitaire dénoncé en son temps par les médecins eux-mêmes ! Les discussions s'annoncent donc musclées...

Sommaire :
logAudience