• Amour
  • Sexe

Les phrases qui vexent un homme au lit

Article par Marie Praet , le 03/05/2011 à 14h59 , modifié le 03/05/2011 à 15h03 1 commentaire

Il arrive que nos hommes prennent la mouche très vite, et surtout lorsque la discussion touche à la corde sensible : les ébats amoureux... Attention, zone de turbulence, susceptibilité à son maximum ! Quelles sont ces petites phrases qui les vexent tant ?

Ils jouent les gros durs, et pourtant ils sont aussi sensibles que des jeunes filles en fleur : ce sont nos hommes ! Parfois, au cours d'une discussion qui vous semble anodine, vous remarquez que votre chéri se renfrogne, il fait la tête. Vous êtes perplexe : qu'est-ce qui a bien pu le vexer à ce point ? Soyez sympas, rembobinez, et constatez.


Vous êtes en train d'aborder le sujet qui ne vous regarde que vous deux : vos ébats intimes. Tout va bien, la discussion est grisante, jusqu'au moment où, au détour d'une phrase qui vous paraît inoffensive, votre amoureux se vexe. Comme ça, sans crier gare. Mais quelle est donc cette fameuse phrase qu'il n'a pas digérée ?


Le sujet est sensible. Pourquoi ?

Tout simplement parce que dans la tête de votre Jules - et même si vous êtes tous les deux d'accord, ces moments sont un véritable partage d'amour, de tendresse et de plaisir - dans sa tête à lui, il est l'homme de la situation. Et donc, si le plaisir n'est pas partagé de la même façon ou si vos n'avez pas ressenti les choses qu'il a cru vous faire ressentir, il est vexé.


Mise en situation : un jour, au cours d'une discussion, vous revenez sur un de vos derniers ébats. Il s'enthousiasme : « Elle était bien cette fois-là, c'était top ! » Et vous lui répondez avec sincérité « mouais, c'était pas mal, mais pas si exceptionnel que ça». Catastrophe. Il suffit qu'il se rende compte que vous n'avez pas apprécié ce moment autant que lui, et qu'il ait cru que vous aviez partagé les mêmes sensations au même moment pour le vexer (en même temps, mettez-vous à sa place...).


Autre chose. Evitez à tous prix le « tu es fatigué, non ? » après un câlin. Non, votre chéri n'est pas fatigué. Non, il n'a pas une petite baisse de régime. Et si, il est en forme. Cette petite phrase, qui part pourtant d'une charmante attention (s'il avait été fatigué vous vous seriez fait une joie de vous reposer dans ses bras et le cajoler afin qu'il retrouve ses forces, n'est-ce pas ? ), n'est pas perçue de cette façon dans l'esprit de votre chéri. Si vous lui demandez s'il est fatigué, c'est forcément parce que vous ne l'avez pas trouvé au top sous la couette cette fois-ci. Et loulou voudrait être toujours au top sous la couette. Sans lui mentir, s'il vous pose la question, dites-lui que cette fois-ci n'était pas la meilleure mais qu'elle avait ses petites particularités et ses avantages.


« Avec mon ex, c'était... » Non, niet, no, stop. Oui, vous ne faites que comparer et raconter. Mais méfiez-vous de ce qui suit. Si vous avez l'intention de mettre les prouesses de votre amoureux en valeur, cette comparaison peut être justifiable. Sinon, oubliez. Votre homme n'appréciera que guère d'être en compétition (dans votre tête) avec vos anciens amants.


Je ne vous fais pas l'outrage de vous déconseiller ici de parler en mauvais termes de la taille, de la vigueur ou même de l'aspect du membre de votre chéri. Vous savez que c'est proscrit. Il est bien connu que ce genre de comparaisons ou remarques ne sont que guère agréables à recevoir, tout simplement.


Bon. Il s'agit donc de ne pas vexer nos galants avec des petites phrases qui se veulent sans conséquences mais qui peuvent provoquer de bonnes vagues... Tourner plusieurs fois sa langue dans sa bouche avant d'entamer le sujet, être sincère et prendre des pincettes pour souligner les choses qui ne sont pas géniales peuvent être les clés d'une conversation délicate mais d'une sexualité réussie.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience