• Amour
  • Sexe

J'ai une liaison avec mon patron

Article par Clémence ORCEL , le 10/07/2009 à 12h12 , modifié le 10/07/2009 à 12h19 2 commentaires

Gérer une relation amoureuse "classique", c'est déjà compliqué, mais les choses se corsent encore plus quand votre partenaire n'est autre que votre patron. Comment gérer cette situation au quotidien ?

Une relation à double tranchant...

Sortir avec votre patron, pourquoi pas ? Oui et non. Que vous soyez sa maîtresse ou sa conjointe attitrée, il va falloir faire face à des situations très particulières.

Les plus :

Forcément, sur la première marche du podium, on retrouve l'excitation de l'interdit ! Sortir avec son boss, c'est "mal" et ça vous amuse ! Faire comme si de rien n'était, vous comporter comme deux simples collègues de travail alors qu'il y a une heure à peine, il vous faisait atteindre le nirvana, vous trouvez ça fun ! Deuxième avantage : l'ascension sociale. "Je sors avec un PDG !", tout le monde ne peut pas s'en vanter auprès de ses copines ! Et bien sûr, dans les points positifs, on retrouve la proximité (se voir tous les jours même si la plupart du temps ce n'est que pour se croiser dans les couloirs et échanger des sourires complices), les centres d'intérêt communs et une place bien au chaud au boulot (sait-on jamais, la prochaine augmentation sera peut-être pour vous...).

Les moins :

Tout n'est pas forcément rose pour autant. Le cliché de la femme intéressée ou utilisée, on est en plein dedans ! Finalement, passer son temps à se croiser sans pouvoir se faire les yeux doux, c'est lassant à la longue. Avoir une relation équilibrée avec son "supérieur hiérarchique" un brin autoritaire, ce n'est pas toujours facile. Qui dit patron dit accroc au travail : lorsque ce dernier est omniprésent dans sa vie, vous passez en deuxième position (ou en troisième si monsieur est marié). Enfin, pensez aux risques qu'entraînerait votre rupture...

Le regard des autres

Les potins : l'occupation favorite de vos collègues. Dans une entreprise, les ragots circulent étonnamment vite ! N'ayez aucun doute là-dessus, dès qu'ils auront le moindre doute sur vous et votre patron, ils feront passer le mot ! Tous vos faits et gestes seront étudiés à la loupe. Alors soyez discrète !

Les préjugés, les remarques déplacées, les jalousies, vous devrez probablement y faire face. On vous accusera, entre autres, d'être une femme vénale qui couche avec le patron pour une simple augmentation.

Corinne en témoigne, cette situation est extrêmement délicate. "J'ai rencontré mon conjoint dans mon ancienne boîte et vous l'aurez deviné : c'était mon patron. Nous avons commencé à nous fréquenter et évidemment, mes collègues s'en sont rendu compte. Très vite, j'ai compris qu'on parlait dans mon dos, qu'on scrutait mes moindres mouvements. Plus personne ne me regardait du même œil, on se méfiait de moi. Les femmes étaient jalouses et me regardaient de haut, les hommes me prenaient pour une fille facile et n'essayaient même pas de le cacher. La situation était tellement invivable que j'ai préféré quitter mon travail. Je suis toujours avec Philippe et maintenant que nous ne travaillons plus ensemble, nous formons un couple normal et épanoui. "

Mon mari : mon patron !

Avoir une aventure ou une relation avec son boss : pas facile à gérer sur le lieu de travail. Mais qu'en est-il lorsque votre patron est aussi votre mari ?

Au bureau : restons professionnels, on est mariés, mais chacun à sa place ! Pas de traitement de faveur, vous êtes une "employée" comme une autre. Ou presque... Pour ne pas susciter la jalousie, vous avez tout intérêt à vous fondre dans la masse, à ne pas jouer la carte du "Je fais ce que je veux, je suis la femme du patron". La discrétion est aussi de mise lorsque vous vous croisez dans les couloirs. Une petite marque d'affection, passe encore, mais évitez les scènes de ménage ou les comportements déplacés qui pourraient mettre vos collègues mal à l'aise.

A la maison : il faut reprendre ses marques. Ce n'est pas forcément monsieur qui mène la barque, il troque son costume de boss pour celui de mari lorsqu'il passe la porte. Pas toujours simple de rétablir un équilibre quand votre partenaire est habitué à donner des ordres à longueur de journée. A la maison, vous êtes à égalité, les tâches ménagères ne vous sont pas réservées et vous n'êtes pas à son service. Une fois qu'il a bien intégré tout ça, profitez de ces moments pour vous détendre et pour retrouver cette complicité que vous n'avez pas au travail. Après vous être croisés des dizaines de fois sans pouvoir vous toucher, les câlins sont les bienvenus !
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience