Halte bucolique

Article par Marie-Lucie VANLERBERGHE , le 27/06/2006 à 11h24 , modifié le 30/05/2008 à 18h18 0 commentaire

" On se baladait en campagne, en voiture. On discutait tranquillement et, tout d'un coup, on a commencé à se caresser, voire un peu plus. En moins de deux, j'ai trouvé une petite route qui s'enfonçait dans les champs. On s'est retrouvé dans un joli pré tout mignon, à se rouler dans l'herbe. La suite se devine, mais je dois préciser une chose : ce que j'ai vraiment apprécié dans tout ça, ce n'est pas l'excitation de me faire surprendre (c'était le cadet de mes soucis et, même, quand j'y pense, si des gens du coin nous avaient aperçus, ils auraient sûrement continué à avancer en faisant semblant de ne pas nous voir, et en ricanant). Non, ce que j'ai vraiment aimé était beaucoup plus terre à terre : c'était de sentir le contact de l'herbe dans mon dos, le soleil sur ma peau et, surtout, de regarder son corps sur fond de ciel bleu. J'en garde évidemment un très bon souvenir. " Benoît, 26 ans.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience