Fifty Shades of Grey : la littérature érotique pour filles, pour ou contre ?

Article par Bénédicte Flye Sainte Marie , le 08/10/2012 à 11h06 , modifié le 08/10/2012 à 18h17 0 commentaire

La gent féminine n'a pas attendu Fifty Shades of Greys, le best-seller qui sort en France le 17 octobre pour goûter à l'ivresse des romans pimentés. Pourquoi ça nous séduit ? Qu'est-ce que ça apporte à notre sexualité ? Et qu'est-ce qu'on lui reproche parfois ? Analyse du phénomène.

Pour : parce que c'est notre tête qui pilote notre libido

A l'inverse (de la plupart) des hommes qui peuvent facilement se laisser échauffer les sens par la simple vue d'une demoiselle aux arguments mammaires prononcés, nous avons besoin de stimuli érotiques un petit peu plus complexes et raffinés pour monter en puissance. Parce qu'avant de nous saisir au bas-ventre, c'est au niveau de notre cerveau que naissent nos élans charnels. Alors, quelques pages bien senties, bien écrites, avec des situations dans lesquelles on peut se projeter, sont idéales pour lancer la machine...

 

Pour : parce que ça stimule l'imagination

La littérature X a aussi une autre vertu, celle de nous ouvrir le champs des possibles sexuels.
Après avoir dévoré un livre très émoustillant sur le sujet, on se laissera plus facilement tenter par certains séquences olé-olé : trouver du plaisir en solitaire, se laisser attacher les mains pendant l'amour, faire un quickie  dans un cabine d'essayage ou à bord d'un train, tester les possibilités qu'offrent les sex-toys. Et c'est notre vie intime et celle du chanceux qui partage notre lit et/ ou notre vie qui y gagne en intensité ! 

 

Pour : parce que c'est un plaisir contagieux

Mais on aime aussi ce type d'écrits parce qu'on n'est pas la seule à y être sensible. Lu sous la couette en duo, cela produit généralement autant d'effet sur Jules que sur nous. Après quelques pages ultra-explicites, on aura vite envie de passer de la théorie à la pratique. S'en suivront sûrement des échanges amoureux encore plus débridés que d'habitude. ...

 

Contre : attention aux clichés sur le désir féminin...

Alors, à consommer sans modération, la littérature érotique ? On est 100 % pour sinon qu'on peut lui reprocher, de temps à autre (souvent ?), d'être un peu stéréotypée. On y trouve trop souvent des histoires (répétitives) de femmes soumises et fascinées par des mâles ultra-virils. Si on cherche des scénarii plus originaux, mieux vaut miser sur les ouvrages publiés par des maisons d'éditions spécialisées comme la Musardine ou les éditions Blanche.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience