• Amour
  • Sexe

Elles n'ont jamais fait l'amour

Article par Laurence BOURDOULEIX , le 03/10/2007 à 11h27 , modifié le 03/02/2010 à 16h44 82 commentaires

Dans une société où parler d'amour et de sexe semble devenu monnaie courante, être vierge après 25 ans apparaît donc comme une chose improbable. Et pourtant c'est le cas d'Aurélie, Nathalie... et bien d'autres. Elles ont accepté de nous parler de leur vie sans sexualité.

Aurélie, 28 ans : "envie enfin de connaître l'amour"
«  Je n'ai jamais fait l'amour et j'en ai honte. Je m'enferme dans une espèce de cercle vicieux, car j'ai tellement peur de me retrouver face à un homme et lui avouer cela que je fuis désormais toute relation. Je le vis mal. Ma meilleure amie le sait, mais personne d'autre. Comment avouer une chose pareille, alors que la sexualité est partout ? Les magazines parlent rarement de la virginité et je me sens vraiment seule. En parler à mon médecin, c'est impossible. Une gynéco ? Je n'en ai pas bien évidemment ! Il y a actuellement un garçon qui me plait bien au bureau, je sens que c'est réciproque. Je voudrais tellement avoir le courage de lui dire mon secret pour briser cet enfermement dans lequel je suis. La raison de ce blocage vient certainement d'une éducation rigide et de la peur de passer à l'acte par un manque d'expérience. Pour finir je dirais que j'ai très envie d'être une femme normale et de connaître ce que peut apporter l'amour. »
 
Nathalie, 25 ans : "est-on une femme quand on est vierge à cet âge !"
« J'ai hésité longtemps avant de témoigner. Mais pouvoir lire que d'autres femmes sont dans le même cas que moi me rassurerait sans doute un peu. Et d'ailleurs, peut-on se dire femme quand on est encore vierge ?
J'essaie de ne pas penser à ma "différence", mais c'est assez difficile quand on ne parle que de ça au boulot, à la télé, dans les magazines...Comment se sentir "normale" en étant vierge dans un monde où le sexe est partout ?
En règle générale, je vis ma "non sexualité" assez bien, mais j'aimerais tellement savoir ce que l'on ressent en faisant l'amour, ça a l'air tellement bien.
Certaines de mes amies sont au courant, elles me disent que ce n'est pas grave, qu'il vaut mieux attendre de tomber sur le "bon", sinon on peut le regretter, etc. Mais c'est dur de voir le temps passer et que rien n'arrive.
Je pense que c'est à cause de ça que je ne laisse pas les hommes m'approcher de trop près. Si je leur dis, vous imaginez leur tête ? Ils vont s'enfuir tout de suite ! Et comme je ne laisse pas les hommes m'approcher, je suis toujours vierge, c'est un cycle sans fin. Comment faire pour changer cela et faire de moi quelqu'un de "normal"? Que pensent les hommes d'une jeune femme vierge à 25 ans ?
Analyser les causes de ce "non passage" à l'acte ? Je ne sais pas trop : en fait les garçons et les hommes auxquels je me suis "attachée" ne se sont jamais intéressés à moi  et vice-versa. Tout cela est peut-être lié à une peur de l'abandon et de la souffrance.
Et quand c'est réciproque je m'enfuis à toutes jambes. En fait, je ne suis pas habituée à ce qu'on m'apprécie. Dans mon éducation et dans ma famille, on est assez distant ! Je ne me souviens pas que mes parents m'aient beaucoup serrée dans leurs bras ou dit qu'ils m'aimaient ! C'est d'ailleurs un mot un peu "tabou" pour moi !
Je n'ai jamais envisagé d'aller voir un psychologue pour soigner ça. Encore moins un sexologue ! Dans mon esprit, on ne va voir un sexologue que si on a des relations sexuelles. Puis je ne sais pas trop si en parler m'aiderait ! 
  
Karine, 36 ans :  " je ne ferai jamais l'amour..."
« J'ai 36 ans, et je n'ai jamais fait l'amour. Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment. Je suis timide et j'ai beaucoup de mal à aller vers les autres. En plus, je n'ai pas un physique très engageant, je suis plutôt Josiane Balasko que Cindy Crawford, donc ça n'aide pas à faire des rencontres. Il est évident que j'en souffre. Mais maintenant à mon âge, je suis résignée et je me fais une raison. Je ne ferai jamais l'amour.
Je n'en ai jamais parlé à personne, même pas à un médecin. C'est vrai que je ne me sens pas dans la norme. On parle partout de sexualité, de couple, d'enfants, de famille... Moi aussi j'aurais aimé fonder une famille et rentrer dans la norme. »
 
Gabriel, 42 ans : "je n'en souffre pas..."
« J'ai 42 ans et je ne souffre pas de n'avoir jamais fait l'amour. J'ai été demandé cinq fois en mariage. J'ai accepté une fois, mais ma future épouse m'a dit rapidement que quelqu'un qui n'avait jamais fait l'amour à 35 ans était un déséquilibré mental. J'ai rompu. Depuis, j'ai cessé de travailler, je peins quelques tableaux. Je mène une vie douce. Les femmes ne me comprennent pas. Et même si je les adore, je ne cherche plus vraiment le contact. Je suis millionnaire et l'argent fausse tout. Rares sont les femmes qui ne sont pas intéressées ou qui ne recherchent pas un géniteur. »
 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience