• Amour
  • Sexe

10 bonnes raisons de tester les sex-toys

Article par Bénédicte Flye Sainte Marie , le 10/10/2012 à 04h41 , modifié le 10/10/2012 à 19h30 0 commentaire

Ces sex-toys qui s'achetaient jadis en catimini dans la pénombre des boutiques coquines sont devenus des objets de grande consommation. Des joujoux extra qui peuvent être de vrais bonus pour la sexualité des filles mais aussi des garçons. On vous explique pourquoi...

1. Parce qu'ils démocratisent le plaisir et l'orgasme
Ce n'est parce qu'on n'a pas de fiancé sous la main (ou que l'on vit dans un carmel ou sur une station spatiale) que l'on n'a plus le droit de se sentir frémir. Se servir d'un sex- toy peut-être alors un bon moyen de ne pas se couper de son corps, de continuer à être en phase avec ses besoins et envies. Mais s'il fait le bonheur des célibataires, il a également des bienfaits lorsque l'on est en couple, notamment chez celles qui ont du mal à atteindre l'orgasme par les moyens classiques...


2.  Parce que cela installe un climat propice à l'érotisme
Acheter un sex-toy, c'est faire preuve de volontarisme sexuel. Une fois que l'on a craqué sur ce joli canard vibrant rose bonbon qui nous fait de l'œil, on n'a qu'une envie, l'expérimenter. De quoi nous faire la courte échelle, ensuite, pour naviguer vers d'autres expériences charnelles, éventuellement partagées...


3. Parce qu'il y en pour tous les goûts et toutes les couleurs
Loin des engins tristes et glauques qui n'étaient vendus qu'à Pigalle ou dans les catalogues de vente par correspondance, les sex- toys actuels, déclinés dans des teintes et des formes très girlies, sont tellement jolis et variés qu'il ne faudrait pas beaucoup nous encourager pour qu'on en fasse ( aussi) des accessoires de déco ! 

 

4. Parce qu'ils flattent notre âme de geekette
De la même manière que l'on se rue sur le dernier I Phone, on veut aussi le nec le plus ultra dans ce rayon-là. Histoire, là aussi, de découvrir où peuvent nous mener ses différentes applications...


5. Parce qu'on ne veut plus passer pour une ringarde
Au chapitre des nos motivations, il y aussi le fait que la quasi-totalité de nos copines en ont plusieurs exemplaires dans leurs tiroirs depuis des années. Alors parce qu'on en assez d'être simple spectatrice à chaque fois qu'il y a une discussion collégiale sur le sujet - et aussi parce qu'on ne veut pas mourir idiote-, on est bien décidée à passer à l'action. 


6. Parce que les plus grands créateurs s'y sont convertis
De cheap il y a quelques années, ces accessoires sont devenus furieusement branchés, au point que même certaines sommités de la mode, comme Sonia Rykiel, ou du design, comme Matali Crasset, ont composé leurs propres modèles.


7. Parce qu'ils peuvent s'essayer à deux
Contrairement à l'idée reçue, les sex- toys ne sont pas réservés aux séances d'extase solitaire. Ainsi, l'utilisation de l'anneau vibrant, qui se place sur le pénis de votre partenaire peut réserver de belles surprises, à vous comme à lui... 


8. Parce qu'ils nous font découvrir des nouvelles régions sensibles.
L'appétit venant en mangeant, il n'est pas rare qu'un achat de sex-toy en entraîne un autre. Et il se peut que certains nous permettent de trouver des zones érogènes qu'on n'avait pas, jusqu'ici repérées. Pour les plus chanceuses, cela peut même être l'occasion de localiser son point G.


9. Parce que certains sont plus multi- fonctions que nos chéris
Oui, votre homme a été gâté par Mère Nature. Mais, même avec la plus grande bonne volonté, il ne pourra pas être aussi polyvalent que le sont par exemple certains sex- toys qui peuvent stimuler efficacement plusieurs zones à la fois.


10. Parce qu'ils peuvent créer la surprise quand on ne s'y attend pas
Enfin, on peut jouer des sex- toys pour se créer des scénarios amoureux inhabituels, comme avec l'œuf vibrant, que Madame portera et que Monsieur pilotera à distance avec une télécommande. Libre à lui de le déclencher dans les lieux et moments les plus incongrus...

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience