• Amour
  • Fiches pratiques

Nos conseils pour acheter à deux sans se prendre la tête

Article par Emilie RABOTTIN avec agence , le 23/01/2010 à 10h00 0 commentaire

Envie de concrétiser votre rêve immobilier avec votre moitié sans que celui-ci ne vire au cauchemar ? Quelques astuces pour éviter toute prise de tête inutile dans votre vie de couple.

L'acquisition d'un bien immobilier à deux ne se décide pas tout à fait comme l'achat d'une nouvelle cafetière... Chacun doit être à l'écoute des attentes de l'autre, prendre le temps de la réflexion avant de se décider et surtout franchir le cap de l'achat ensemble en ayant évalué les avantages et les inconvénients.

Pour un juste équilibre, il est indispensable que vous soyez tous les deux sur la même longueur d'ondes au moment de l'achat, sans que l'un n'essaie d'influencer les désirs de l'autre. Car en cas de conflit ou de problème, votre partenaire ne se gênera pas pour vous le faire remarquer à la moindre dispute : "C'est toi qui a insisté pour que nous achetions cet appartement pourri ! C'est ta faute..."

Si vous craquez tous les deux pour le même appartement : ce n'est pas une raison pour vous précipitez chez le notaire ! Prenez soin de le visiter à différents moments de la journée pour évaluer les nuisances sonores, l'ensoleillement, le voisinage. N'hésitez pas à prendre l'avis d'un professionnel concernant l'état de la chaudière, l'évaluation des travaux à faire... Gare à l'arnaque, un point non négligeable qui peut se révéler une source de conflits quand vous serez piégés entre ces quatre murs !

Avant d'acheter, n'oubliez surtout pas de vérifier le Plan Local d'Urbanisme à la mairie : il vous renseignera sur les futurs programmes d'aménagement du quartier et surtout, si votre bien n'est pas situé à proximité d'une zone inondable...

Du côté financier, si vous n'êtes pas légalement mariés : quelques petites adaptations sont nécessaires lors de l'achat en fonction de vos situations respectives...
Le financement et l'évaluation de l'emprunt auprès de la banque restent les points déterminants au moment de l'achat. Sachez que si vous êtes en union libre, pour calculer le montant total de l'emprunt, vos revenus seront pris en compte séparément, ce qui augmentera forcément le taux de remboursement de votre emprunt... Certains organismes acceptent les emprunts conjoints.

Sinon, pour contourner ce problème, l'un peut emprunter et l'autre se porter caution solidaire : à partir du moment où vos deux noms figurent sur l'acte de vente, et en cas de séparation, vous pourrez  l'un et l'autre faire valoir vos droits sur votre bien.

Deux solutions s'offrent à vous : l'indivision et la tontine (la SCI reste réservée aux grands ensembles immobiliers).

La première solution, la plus simple si vous n'êtes pas marié c'est l'indivision et le PACS. Le bien est alors forcément sous le régime de la propriété commune. Chacun en est propriétaire d'une quote-part, c'est-à-dire calculée selon la contribution financière apportée qui figurera sur l'acte de vente. En cas de séparation, soit le bien est revendu et chacun récupère sa part, calculée au prorata de son apport. Soit l'un rachète la part de l'autre...

Le système de tontine
Le principe c'est de mettre votre capital en commun en vue de l'acquisition d'un bien immobilier et d'inclure une clause dans l'acte de  vente qui stipule que le bien acheté à deux appartiendra au dernier survivant. L'intérêt de cette clause est la faible fiscalité des taux : à peine 5 %...

Notre conseil 
Se lancer dans la grande aventure de la vie à deux en achetant une maison ne doit pas vous empêcher de prendre quelques précautions avant d'acheter. Au moment de conclure la vente, il est important de préciser l'apport respectif de chacun, un point qui se révèle essentiel en cas de séparation.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience