Témoignages : "Comment je me suis remise de ma rupture"

Article par Clémence Orcel , le 09/07/2009 à 11h57 , modifié le 07/01/2015 à 17h22 0 commentaire

On y passe toutes un jour : les histoires d'amour finissent mal en général. Laurence, Camille et Fatima nous mettent dans la confidence...

Laurence, 53 ans, gérante
"Il y a quelques années, après neuf ans de relation, Gilles a mis les voiles. Tous les deux divorcés, nous nous étions rencontrés tard et avions décidé de ne pas nous marier mais de finir nos jours ensemble. Il était tout ce que j'aime chez un homme : sûr de lui, patient, protecteur, attentionné. Je n'ai rien vu venir, un soir il m'a annoncé qu'il avait rencontré quelqu'un et qu'il me quittait. Le monde s'est écroulé. Le lendemain il prenait toutes ses affaires et me faisait ses adieux. J'ai pleuré pendant des jours entiers, j'ai tenté de le récupérer mais rien à faire, il était déjà passé à autre chose. Ce sont mes amis et mes enfants qui m'ont permis de m'en sortir. Ils m'ont emmenée en vacances, ont redécoré mon appartement, ont tout fait pour me changer les idées. Sans eux je ne sais pas si j'aurai réussi à m'en sortir. Je leur dois mon bonheur retrouvé."

Camille, 21 ans, étudiante
"J'ai récemment mis fin à mon histoire avec Loïc. Nous étions ensemble depuis 7 mois environ et malgré nos sentiments, notre relation était vouée à l'échec. J'étais amoureuse de lui, l'amour était bien là, mais il ne faisait aucun effort. A presque 30 ans, il ne travaillait pas, passait son temps avec ses copains ou devant son ordinateur, il comptait sur moi pour absolument tout et ne savait pas se débrouiller seul. C'est pourtant ce côté "esprit libre" et "relax" qui m'avait plus chez lui. Au quotidien, c'était un enfer ! J'ai préféré le quitter plutôt que d'en venir à le détester. Nous sommes restés amis mais j'ai beaucoup de regrets. Je me dis que s'il avait essayé de sauver notre couple, il aurait pu. Pour ne pas craquer et ne pas revenir, je me suis consacrée à mes études et à mes occupations personnelles comme la peinture et l'art. J'ai tout fait pour ne pas penser à lui, pour occuper mon temps et ne pas être tentée de lui donner une énième chance. Je savais que ça ne marcherait jamais, il fallait que je tourne la page une bonne fois pour toute."

Fatima, 28 ans, archiviste
"En 2005, Benoît m'a quittée du jour au lendemain pour aller s'installer au Canada. Nous étions ensemble depuis 4 ans et je pensais l'épouser un jour, fonder une famille et ne plus jamais vivre sans lui. C'était mon premier amour, mon premier amant, l'homme de ma vie, j'en étais persuadée. Lorsqu'il m'a quittée, j'ai fait une grave dépression. Je ne me nourrissais plus, j'ai quitté mon travail, je ne voulais voir personne sauf lui. J'ai été hospitalisée et j'ai commencé une thérapie longue et difficile. Au bout de six mois, j'allais un peu mieux. J'ai retrouvé un travail, j'ai commencé à m'ouvrir aux autres, à reprendre goût à la vie. Petit à petit, je me suis reconstruite, grâce à ma famille, mes amis, mes nouvelles passions. Depuis, j'ai eu quelques aventures mais j'ai du mal à faire confiance aux hommes. Je vois toujours mon psy, je sais que l'équilibre que j'ai retrouvé est fragile, mais je suis heureuse et j'ai cessé d'espérer que Benoît revienne un jour. Cette rupture a été mon plus grand traumatisme, mais aussi ma plus grande victoire. Aujourd'hui je ne survis plus, je vis, je profite et un jour ou l'autre, je retrouverai l'amour."
 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience