• Amour
  • Couple

Qu'est-ce qu'un couple libre ?

Article par Clémence ORCEL , le 23/07/2009 à 11h22 , modifié le 23/07/2009 à 11h36 2 commentaires

Ils se rencontrent, s'aiment et décident de conjuguer l'amour au pluriel. Entre liberté des corps et attachement des coeurs, comment s'aimer quand on est plusieurs ?

Etre un couple libre... pour ne pas avoir à s'engager ?

Eternel adolescent qui a envie de s'amuser, femme trop souvent déçue qui ne veut plus souffrir, "handicapé" du sentiment qui n'arrive pas à s'attacher... Tous ces amants un peu « hors norme » ont un point commun : ils aiment l'amour mais pas l'exclusivité. Plus ou moins consciemment, ils choisissent de former des couples libres.

L'avantage ?

Profiter de la tendresse et de la présence de l'autre, mais sans avoir à se projeter, s'impliquer, ni partager les affres du quotidien. Pas de courses le samedi, de déjeuner avec la belle-famille le dimanche midi, de disputes sur le ménage ou les tours de vaisselle : vous ne partagez que les bons moments. Enfin, pas de compte à rendre : le coupe libre partage certains moments et se sépare pour d'autres, sans culpabilité. D'autres corps, d'autres lits, d'autres sourires, tout est permis.

L'inconvénient ?

Difficile de faire des projets ensemble et d'établir cette confiance réciproque si chère aux couples classiques. Monsieur est injoignable, rentre tard ou disparaît pendant plusieurs jours ? Il en a le droit. Madame ne sait pas où elle passera la prochaine nuit, reçoit des textos coquins ou se fait belle pour un autre rendez-vous ? Normal, c'est dans le contrat. Impensable pour les amoureux jaloux, possessifs, qui placent la fidélité au centre de tout.

Etre un couple libre... pour sauver son couple ?

Pour d'autres couples, la "liberté des corps" n'empêche pas l'osmose des cœurs. Et cette solution radicale semble être le compromis parfait pour sauver un amour qui décline. Quand l'histoire dure depuis des années, le désir n'est plus forcément au rendez-vous. Pour se tromper sans avoir à se quitter, certains font le choix de se "libérer" l'un de l'autre.

Aller voir ailleurs, assouvir ses besoins, tester son pouvoir de séduction, vibrer à nouveau, puis rentrer à la maison, retrouver sa moitié, le cœur (et le corps) plus léger. Ces trahisons tolérées permettent de ne pas sombrer dans la routine, l'ennui, la lassitude, le tout sans avoir à mentir, cacher ou se faire souffrir.

Attention danger !

Les joies du célibat conjuguées au bonheur amoureux : la solution idéale ? Oui, mais pas pour tous. Le couple libre implique un pacte très solide et parfaitement accepté par les deux moitiés. Un polygame chronique ou une infidèle compulsive ne peuvent imposer ce mode de vie à un amoureux transi qui les attend sagement à la maison. Hors de question, aussi, de se lancer dans ce genre de contrat « faute de mieux », pour ne pas perdre sa moitié ou parce qu'elle menace de nous quitter.

Si le couple libre s'assume et s'épanouit dans cette vie "dissolue", il prend aussi de nombreux risques. Tomber amoureux d'une nouvelle conquête, mal supporter cette concurrence de tous les instants, ne pas s'entendre sur la fréquence ou la durée des "aventures" de l'autre, évoluer différemment quand l'un des deux finit par avoir envie de se « poser » ou quand survient un désir d'enfants... Le libertinage a certes des avantages, mais c'est loin d'être un jeu d'enfant. Imposez-vous (et imposez-lui !) les limites que votre cœur supporte : quand le grand amour frappe à la porte, vous avez bien le droit de vouloir fermer à clé !

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



d'Amours
logAudience